fbpx

« Bigard maga­zine », feuille de chou crade

L'humoriste en roue libre Jean-​Marie Bigard fait son beurre sur les pho­tos volées de l'actrice amé­ri­caine Jennifer Lawrence.

WhatsApp Image 2021 07 26 at 16.05.43
Capture d'écran Twitter

Il est en vente à « seule­ment » 4€90 chez votre marchand·e de jour­naux depuis le 22 juillet, recon­nais­sable par son gra­phisme pluie d'émojis et slips en or. A en croire sa Une, Bigard maga­zine est com­po­sé de « 200 blagues pour un été plié en deux » ; de « blagues inter­dites » ; de « blagues au-​dessus et en-​dessous de la cein­ture » (ça fait quand même beau­coup de blagues) et… des pho­to­gra­phies volées à l'actrice Jennifer Lawrence en 2014. Ces nudes répan­dus sur Internet par un hacker amé­ri­cain en 2014 – lequel a été condam­né en 2017 à neuf mois de pri­son fermes pour avoir volé et dif­fu­sé les pho­tos intimes de plu­sieurs stars amé­ri­caines – font désor­mais le délice, donc, de notre fran­chouillard humo­riste gilet jaune anti-​vax Jean-​Marie Bigard. « Rien qu'avec Jennifer Lawrence sur sa ban­quette, j'ai joui trois fois », com­mente la page (que nous ne repro­dui­rons pas ici) expo­sant les cli­chés. Ah oui, car d'après la cou­ver­ture, d'autres pho­tos de femmes « invi­tées » sont publiées, mais ne comp­tez pas sur nous pour ver­ser un kopeck dans le finan­ce­ment de cette œuvre.

Quoi de mieux, pour lan­cer un maga­zine à la gloire du rire gras qui a fait son suc­cès, que la publi­ca­tion de pho­tos intimes dif­fu­sées sans le consen­te­ment de celle qui les a faites ? On ima­gine très bien le lectorat-​cible de ce gra­ve­leux rédac­teur en chef : des hommes hété­ros assez beaufs pour se pour­lé­cher les babines devant l'interdit (et se bidon­ner des blagues gri­voises de leur cham­pion sexiste). C'est peut-​être le plus dérou­tant dans cette nou­velle aven­ture édi­to­riale. Franchement, Jean-​Marie Bigard s'adresse à des gens qu'il prend pour des cons. Vous nous direz, ça ne change pas beau­coup de d'habitude : après avoir voci­fé­ré pen­dant des semaines contre le vac­cin et le pass sani­taire, l'agitateur aux idées courtes a été contraint d'accepter de deman­der leur pass sani­taires aux fans venu·es le voir à Fréjus (Var) le 23 juillet. Chez Bigard, la convic­tion s'arrête devant le busi­ness.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .