fbpx
20200802 182209
© Chantal Baoutelman

Arbre vs Abribus ? Se mettre à la fraîche en mode high-​tech

Canicule, incen­dies, séche­resse : le monde crame. Le ther­mo­mètre s’est affo­lé jeu­di 30 et ven­dre­di 31 juillet, avec des tem­pé­ra­tures attei­gnant 40 et 41 °C en Auvergne-​Rhône-​Alpes et en Île-​de-​France.

Face au marasme du réchauf­fe­ment cli­ma­tique, le spé­cia­liste de la publi­ci­té urbaine JCDecaux veut faire sa part. Responsable, à l’en croire, l’entreprise a eu une idée de génie : un Abribus « fraî­cheur natu­relle » contre la cani­cule, selon son com­mu­ni­qué. Objectif : « Améliorer la vie en ville. » Le pre­mier pro­to­type est à tes­ter en ce moment « en condi­tions réelles », se réjouis­sait la com­mu­nau­té d’agglomérations de Saint-​Quentin-​en-​Yvelines (Yvelines), dans un post Facebook du 29 juillet.

À la rédac­tion, on ne s’est pas fait prier pour expé­ri­men­ter l’engin. Ni une ni deux, nous voi­là, le 2 août, à Montigny-​le-​Bretonneux, devant la gare de Saint-​Quentin-​en-​Yvelines – Montigny-​le-​Bretonneux, à l’angle des ave­nues du Centre et Gustave-​Eiffel, où se dresse cet « Abribus » un peu par­ti­cu­lier.

Comme son nom l’indique, il a tout d’un Abribus, avec son petit banc en bois, sauf qu’aucun bus ne s’arrête devant. Non, mes­dames, cet Abribus intel­li­gent vous apporte ombre et fraî­cheur en cas de coup de chaud. Il fonc­tionne grâce à un pro­cé­dé de « rafraî­chis­se­ment par éva­po­ra­tion d’eau », explique JCDecaux. Quésaco ? Des eaux plu­viales récu­pé­rées en amont arrivent jusqu’au module de rafraî­chis­se­ment. « Des ven­ti­la­teurs assurent, en cas d’absence de vent, le pas­sage de l’air chaud à tra­vers la paroi. L’air ain­si refroi­di est diri­gé vers les usa­gers qui attendent sous l’abri. » Qui « attendent » Godot, puisque le bus ne passe pas.

20200802 181756
© Chantal Baoutelman

Installé sur une estrade en bois, l’Abribus trône comme un objet non iden­ti­fié, au milieu de ce mélange d’asphalte des routes et du béton des construc­tions. Il est, en effet, plan­té au cœur d’une aire pié­tonne, à quelques pas de la gare, face au centre com­mer­cial Espace Saint-​Quentin. Le groupe indus­triel table sur une dif­fé­rence de « 2 °C quand la tem­pé­ra­ture se situe entre 25 et 27 °C », on ne peut que les croire, mais pour nous, ça ne s’est pas révé­lé très concluant.

L’« esthé­tique » en bois brut et les cou­leurs claires qui rap­pellent, selon JCDecaux, « des per­go­las », invitent « les pas­sants à pro­fi­ter de cet abri convi­vial et accueillant ». Avec un peu d’imagination, on se croi­rait presque sur la piaz­za ombra­gée d’un vil­lage ita­lien au charme recu­lé. Sauf que… pen­dant que nous pre­nions nos aises sur le banc, aucun pas­sant n’a trou­vé l’objet assez « convi­vial et accueillant » pour s’y repo­ser. La com­mu­ni­ca­tion de JCDecaux et la mai­rie ne semblent pas avoir réus­si à faire connaître l’innovation. On a inter­pe­lé les pas­sants (comme dans un vil­lage ita­lien, on alpague nos voi­sins avec bon­hom­mie) : per­sonne ne savait à quoi ser­vait l’objet.

À dire vrai, seule une dame de 50 ans s’est réjouie de ce qu’« un peu d’ombre ne ferait pas de mal » lorsque l’on passe par le centre-​ville char­gé des courses ou de valises en plein cagnard. Forcément, l’endroit ne compte que huit bébés arbres.

Sur Facebook, les habitant·es de Montigny-​le-​Bretonneux se sont interrogé·es sur l’utilité d’une telle inven­tion, et de son prix pour le contri­buable… Tant et si bien que la com­mu­nau­té d’agglomérations de Saint-​Quentin-​en-​Yvelines a fini par sup­pri­mer sa publi­ca­tion. À lire les inter­nautes, ils et elles auraient, semble-​t-​il, pré­fé­ré la fraî­cheur natu­relle d’un arbre… Tandis que les plus virulent·es ont crié au green­wa­shing, à l’instar de @Bonpoteofficiel, le créa­teur du has­tag #balan­ce­ton­green­wa­shing. 

Comme nous, vous n’êtes pas convaincu·es par l’Abribus, et vous vous deman­dez com­ment faire face aux cani­cules sans ven­ti­lo ni bru­mi­sa­teur, qui consomment leur part d’électricité ? Au Centre natio­nal de la recherche scien­ti­fique (CNRS), on s’est aus­si posé la ques­tion. Parmi les solu­tions pré­co­ni­sées par les cher­cheurs vient en tête « la végé­ta­li­sa­tion des villes ». Mais avouez qu’un banal arbre, ça fait tout de suite moins high-​tech.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .