capture decran 2021 01 04 a 16.13.07
Emanuel Cleaver le 3 janvier 2021 au Congrès américain © Capture d'écran Youtube

« Amen and a woman » : quand un élu de la chambre des Représentants met ses pieds bénits dans l'inclusif

C'est comme ça que ça se passe aux États-​Unis. À chaque réunion du Congrès amé­ri­cain, il est de tra­di­tion d'ouvrir les dis­cus­sions avec une courte prière sym­pa­toche, his­toire de moti­ver les troupes tou­chées par la grâce pour se mettre au bou­lot. La plu­part du temps, elle est décla­mée par l'aumônier·ère protestant·e du Sénat ou de la chambre des Représentants, mais par­fois, c'est un « guest » d'un autre culte reli­gieux qui s'y colle.

Ce dimanche 3 jan­vier, c’est le pas­teur métho­diste Emanuel Cleaver qui a été dési­gné pour bénir l’ouverture du 117e Congrès amé­ri­cain, qui sié­ge­ra du 3 jan­vier 2021 au 3 jan­vier 2023. Le mon­sieur a 76 ans, et est élu démo­crate du Missouri à la Chambre des repré­sen­tants depuis 2004, après avoir été mili­tant des droits civiques et pre­mier maire afro-​américain de Kansas City entre 1991 et 1999. Bref, c’est un habi­tué des chaires, qu’elles se trouvent dans un hémi­cycle ou dans un temple. On a choi­si un homme d’expérience, car il s’agit du Congrès mar­quant la fin de l’ère Trump et ouvrant celle de Biden, lequel sera inves­ti le 20 jan­vier pro­chain.

Alors que la crise sani­taire laisse le pays exsangue et que Donald Trump essaie toute honte bue de convaincre le res­pon­sable élec­to­ral de Géorgie de fal­si­fier les résul­tats de l’élection pré­si­den­tielle, Emanuel Cleaver a tout don­né pour appor­ter un peu de bien­veillance et de dou­ceur dans cette époque de brutes. Après avoir appe­lé à lais­ser der­rière soi les crises poli­tiques et sociales de 2020 et à aller de l’avant dans l’unité et la paix pour inau­gu­rer un nou­veau cha­pitre de la vie poli­tique du pays ; après avoir deman­dé à dieu de bénir les Américain·es (ça mange pas de pain), Emanuel Cleaver a conclu sur ces mots : « Amen and a woman » [« Un homme et une femme », ndlr].

Le véné­rable homme de dieu s’est aus­si­tôt fait cor­ri­ger par ses oppo­sants poli­tiques répu­bli­cains, qui lui ont rap­pe­lé que amen était un mot héri­té de l’hébreu, qui n’avait rien à voir avec man (homme en anglais) mais signi­fiait « ain­si soit-​il ». Ignorance gênante ou troll ultime, des­ti­né à se posi­tion­ner sur l’échelle inclu­sive autant qu’à aga­cer ses cama­rades conser­va­teurs ? Nous n’avons pas de nou­velle du repré­sen­tant Cleaver depuis sa prière, mais fran­che­ment, si vous vou­lez notre avis, la meilleure façon d’aider les femmes, c’est encore de les lais­ser le plus loin pos­sible des bon­dieu­se­ries.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  


Idées Cadeaux Causette

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .