Aide-​toi et le CAC 40 te le rendra (ou pas)

111 quiches cac40 camille besse
© Camille Besse

M’sieurs, dames, préparez-​vous à vous serrer la ceinture. Mi-​avril, le patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a annoncé la couleur dans Le Figaro : à la sortie du confinement, « il faudra bien se poser tôt ou tard la question du temps de travail, des jours fériés et des congés payés ». Mais pas celle des dividendes actionnariaux, visiblement. Le gouvernement, qui a débloqué 111,5 milliards d’euros d’aide aux entreprises, a certes posé une condition : celles qui verseront des dividendes à leurs actionnaires ne pourront pas bénéficier des reports de charges ni des prêts prévus par l’État. Mais rien ne les empêche de recourir au chômage partiel. Et si beaucoup ont consenti à jouer le jeu de l’effort national, les récalcitrants apparaissent, par contraste, encore plus hors-​sol que d’habitude. Ainsi, l’équipementier Michelin ou le publicitaire Publicis ont choisi de réduire la rémunération de leurs actionnaires, mais ont refusé de la supprimer. Idem pour l’équipementier Plastic Omnium, dont 90 % des salarié·es sont au chômage partiel depuis mars. Quant au pétrolier Total, on ne peut pas lui reprocher de jouer sur les deux tableaux : à l’instar de plusieurs multinationales du luxe, le groupe a préféré se passer totalement des aides de l’État français… pour mieux verser, début avril, les 1,8 milliard d’euros de dividendes trimestriels à ses actionnaires. Qui dit mieux ? 

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

Une autre manière de nous soutenir… le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .