CAUSETTE #1 CAUSETTE #2 CAUSETTE #3 CAUSETTE #4 CAUSETTE #5 CAUSETTE #6 CAUSETTE #7 CAUSETTE #8 CAUSETTE #9 CAUSETTE #10 CAUSETTE #11 CAUSETTE #12 CAUSETTE #13
CAUSETTE #14 CAUSETTE #15 CAUSETTE #16 CAUSETTE #17 CAUSETTE #18 CAUSETTE #19 CAUSETTE #20 CAUSETTE #21 CAUSETTE #22 CAUSETTE #23 CAUSETTE #24 CAUSETTE #25 CAUSETTE #26
CAUSETTE #27 CAUSETTE #28 CAUSETTE #29 CAUSETTE #30 CAUSETTE #31 CAUSETTE #32 CAUSETTE #33 CAUSETTE #34 CAUSETTE #35 CAUSETTE #36 CAUSETTE #37 CAUSETTE #38 CAUSETTE #39
CAUSETTE #40 CAUSETTE #41 CAUSETTE #42 CAUSETTE #43 CAUSETTE #44 CAUSETTE #45 CAUSETTE #46 CAUSETTE #47 CAUSETTE #48 CAUSETTE #49 CAUSETTE #50 CAUSETTE #51 CAUSETTE #52
CAUSETTE #53 CAUSETTE #54 CAUSETTE #55 CAUSETTE #56 CAUSETTE #57 CAUSETTE #58 CAUSETTE #59 CAUSETTE #60 CAUSETTE #61 CAUSETTE #62 CAUSETTE #63 CAUSETTE #64 CAUSETTE #65
CAUSETTE #66 CAUSETTE #67 CAUSETTE #68 CAUSETTE #69 CAUSETTE #70 CAUSETTE #71 CAUSETTE #72 CAUSETTE #73 CAUSETTE #74 CAUSETTE #75 CAUSETTE #76
Edito du numéro #42 Février 2014

Mes copines et moi, on adore tuer des enfants !

blog post image

On kiffe de faire exprès de tomber enceinte au mauvais moment, juste pour avoir le plaisir d’aller à l’hôpital se faire avorter. Ô joie vicieuse, ô sublime sentiment de puissance que d’avoir le pouvoir légal de vie et de mort ! D’ailleurs, je pense que notre liberté de choisir d’avoir des enfants ou pas devrait être étendue : madame Vallaud-Belkacem, s’il vous plaît, repoussez la date limite pour une IVG de douze semaines à onze mille sept cent treize. Ça fait dix-sept ans après le début de la grossesse, soit un délai qui me semble raisonnable pour être vraiment, vraiment sûre de vouloir le garder. Quitte à se faire traiter d’assassin, hein, autant prendre le temps de la réflexion. Parce que des fois, on tombe sur le mauvais gamin. Il y a en effet – et je sais que vous ne me contredirez pas – des enfants très désagréables. Et puis, d’autres fois, on est fatiguée, on n’a plus envie… Pour ma part, il y a des jours où j’avorterais bien toute ma marmaille d’un coup. Avec préméditation. Il y a pour ça de très bonnes techniques : laisser la fenêtre du troisième négligemment ouverte et une chaise placée pas trop loin, coller une étiquette de Ricqlès sur une bouteille de Javel, aller voir les vagues depuis la digue un jour de tempête… J’en connais plein, j’adore. Je tiens un blog de recettes, si ça vous dit. Tiens, pas plus tard qu’hier soir, la petite a encore envoyé valser ses quenelles d’un geste violent, soi-disant parce que « c’est un truc de nazis, et que les nazis, c’est méchant ! » Ça m’a saoulée grave. Et paf !, avortée d’un coup sur la nuque, l’antifa en couche. Entre le bain et le biberon. Ma meilleure amie, elle, en est à son quatrième. Le dernier, c’était son fils de 15 ans qui était objectivement devenu insupportable, avec ses boutons et ses rébellions débiles. Bon, on n’est jamais vraiment objectif avec ses enfants, mais quand même. Bref, c’était trop parfait : les « pro-vie » veulent donc nous stopper, nous, les « pro-mort ». Dégueulasse. Quand je pense que le pape François, suivi par quelques cathos bouffis d’hosties, a encore qualifié l’avortement – même en deçà de dix semaines ! – « d’horreur », ça me déprime. À ce rythme, on ne va bientôt plus pouvoir dessouder du marmot pépère, et ça, ça m’ulcère. Il faudra qu’on m’explique, un jour, pourquoi ces hommes en robe veulent à tout prix nous faire porter les enfants qu’ils ont fait voeu de ne jamais faire. Bon, il faut reconnaître que nous barder de lardons comme des quiches et nous scotcher à la maison, c’est le meilleur moyen pour qu’on arrête de réclamer des trucs à la société. C’est vrai qu’avec cinq mômes dans le salon et toujours un dans le bidon, on a moins le temps de la ramener. C’est mécanique. Pas bête. Et vu qu’en ce moment, chez nos voisins, le vent souffle plutôt du côté du divin foetus, les « pro-vie » ne touchent plus terre : les Suisses doivent décider, par référendum, le 9 février, s’ils déremboursent ou non l’IVG. Il paraît que ça n’est pas à la collectivité de payer pour les parties de jambes en l’air de toutes ces petites salopes. Les Espagnoles, tout abattues par la crise qu’elles sont, n’ont plus la force de réagir à la proposition de loi interdisant ce droit acquis en 1985 et consolidé en 2010 (seulement). Et, c’est le pompon, leur ministre de la Justice, Alberto Ruiz-Gallardón, s’est dit « convaincu » que sa loi va nous faire des petits dans toute l’Europe. Et ça, ça excite nos compatriotes fétichistes de la famille – forcément hétéro et nombreuse. Mais avant qu’on en arrive là, mes copines et moi qui continuerons, quoi qu’il en soit, à tricoter avec le diable, vous serez sympa d’un peu nous lâcher la matrice. Laissez-nous disposer de notre corps comme on l’entend et, promis, on vous laissera tranquillement vous ennuyer avec le vôtre.

 

Causette

Les articles du Mag
Circulez, y a tout à voir !

Circulez, y a tout à voir !

CULTURE

Le Festival Circulation(s), c’est l’occasion de découvrir 44 photographes européens, dont 22 talents en herbe...  lire la suite

Publié par Causette le 24 Janvier 2014 | 1366 vues

Mini Miss

Mini Miss

PENDANT CE TEMPS-LA

Les mini-miss ne deviendront pas des maxi-quiches. Naomie, Kristal et Trinity ont probablement vécu leur ultime défilé le 14...  lire la suite

Publié par Causette le 24 Janvier 2014 | 1557 vues

Mon oeil !

Mon oeil !

CORPS ET AME

Quand il jouait encore les poulbots tendres et énervants, Renaud poétisait sur les yeux de sa môme parce qu’ils avaient...  lire la suite

Publié par Dossier réalisé par Nathalie Gathié le 24 Janvier 2014 | 1759 vues

Les fantômes du ghetto

Les fantômes du ghetto

PORTFOLIO

Pendant une décennie, Vladimir Vasilev a arpenté des territoires en marge des grandes villes d’Europe de l’Est, à la...  lire la suite

Publié par Emilie Rouy le 24 Janvier 2014 | 1340 vues

Geôle et enjôlement

Geôle et enjôlement

VUE DU LABO

Quand on est séquestré, on est aliéné. Il serait normal d’avoir envie d’arracher les yeux de son ravisseur,...  lire la suite

Publié par Antonio Fischetti le 24 Janvier 2014 | 1246 vues

« En racontant mon histoire, j’essaie d’exorciser »

« En racontant mon histoire, j’essaie d’exorciser »

LA FESSE CACHEE DE LA MENAGERE

Je suis ornithologue, j’ai 32 ans, j’ai grandi en Charente avec des parents qui me faisaient confiance et me laissaient libre avec les...  lire la suite

Publié par Propos recueillis par Agnès Giard le 24 Janvier 2014 | 1952 vues

Agnès Jaoui, le Goût des Arts

Agnès Jaoui, le Goût des Arts

LA COPINE DE CAUSETTE

Revenir au théâtre lui fait un drôle d’effet : « C’est à la fois étrange et familier. C’est...  lire la suite

Publié par Sarah GANDILLOT le 24 Janvier 2014 | 1487 vues

Des mecs en plein burnes-out

Des mecs en plein burnes-out

DR KPOTE

La tumescence pénienne nocturne, c’est cette fameuse érection du matin qui ébranle les certitudes des scientifiques,...  lire la suite

Publié par Dr Kpote le 24 Janvier 2014 | 2477 vues

Politiques

Politiques

POLITIQUE

Télé de Misère, Grande Bretagne : Une famille de quatorze Roumains qui fouille les poubelles en quête de...  lire la suite

Publié par Causette le 24 Janvier 2014 | 1504 vues

Pierre Larrouturou

Pierre Larrouturou

LA CABINE D'EFFEUILLAGE

On dirait qu’il roule surtout pour sa pomme » ; « Il veut un poste avant tout » ; « Il a une ambition...  lire la suite

Publié par Julia Pascual le 24 Janvier 2014 | 1592 vues

Au cul des vaches

Au cul des vaches

CAUSETTE EN CAMPAGNE

Une épaisse brume enveloppe les plaines de l’Yonne, ce matin-là. Le long d’une départementale où les...  lire la suite

Publié par Aurélia BLANC le 24 Janvier 2014 | 1436 vues

Le changement, c'est eux !

Le changement, c'est eux !

CAUSETTE EN CAMPAGNE

Abdel-Malik Djermoune : Révolutionner les esprits« La banlieue n’existe plus qu’à travers les émeutes...  lire la suite

Publié par Amandine CAILHOL le 24 Janvier 2014 | 1791 vues

Des vies sous le Front

Des vies sous le Front

CAUSETTE EN CAMPAGNE

Vitrolles. Un nom qui résonne. Une balafre. En France comme à l’étranger, cette ville de la banlieue de Marseille, en...  lire la suite

Publié par Isabelle CURTET-POULNER le 24 Janvier 2014 | 2629 vues

la mairitude des choses

la mairitude des choses

CAUSETTE EN CAMPAGNE

Les 23 et 30 mars prochain, les municipales ouvriront le bal d’une année riche en consultations, puisque les européennes leur...  lire la suite

Publié par dossier coordonné par Nathalie Gathié le 24 Janvier 2014 | 1608 vues