Corps et Ame Publié le 27 Octobre 2014 par Dossier coordonné par Clarence Edgard-Rosa. Avec Pauline Marceillac, Laure Dubesset-Chatelain, Philippe Ridou.

Plus belle la vraie vie ! Rencontre

blog post image

C’est ce qu’on attend et qu’on redoute le plus: la rencontre. instinctivement que, en ligne, une discussion est terminée si L’amoureuse, c’est bien à celle-là que l’on pense en premier, non? Tomber face à face, nez à nez et, croisons les doigts, bouche à bouche... Mais il faut faire vite: à la première rencontre, tout se joue en quelques secondes, c’est la science qui le dit. Il ne faut pas plus de sept secondes pour juger une personne que l’on voit pour la première fois, selon la psychologue Linda Blair. Sept secondes décisives pour un instant fragile. Fragile, fragile, mais pas question de trop réfléchir non plus puisque, d’après la psychologue Namkje Koudenburg, il suffit de quatre secondes de blanc pour qu’une conversation devienne inconfortable... Et que l’on considère le silence se prolonge quinze secondes, selon une étude du département informatique de l’université de l’Illinois. Alors, on flippe. On se planque sur le Net, on délègue, on se rassure comme on peut en interprétant ce qu’on voit. Et, par peur du rejet, on rationalise à tout prix, même le hasard, sans parvenir à faire taire ce tambourinement, là sur la gauche, juste sous le sein quand, au détour d’un regard, on sent que ça colle. Ces petites collisions qui changent la donne, on les redoute, mais, au fond, on crève d’envie qu’elles arrivent.

Je te like, moi non plus

 

Deux célibataires ont passé des mois sur Tinder, l’application de rencontres aux allures de catalogue de chair fraîche. Ils en ont tiré un documentaire... et un goût amer. On les a rencontrés en plein traumatisme post-Tinder.

 

Pendant des mois, Thomas Bornot et France Ortelli, célibataires et réalisateurs de leur état, ont poncé l’application Tinder jusqu’à plus soif et ont filmé leurs rendez- vous – souvent ratés. De cette expérience, ils ont tiré un documentaire gonzo, Love me Tinder !*. Le principe de l’application est simple : on fait défiler des profils – quelques photos et une brève description – des célibataires à proximité de l’endroit où l’on se trouve. Il n’y a plus qu’à les balayer d’un coup d’index si on n’est pas intéressé ou à les valider du bout du doigt quand on aime « ce » qu’on voit.

 

... La suite dans Causette #50.

 

* Love Me Tinder !, de France Ortelli et Thomas Bornot. Diffusion sur France 4 en novembre.

 

Rencontres minuscules

 

On l’aura compris, il existe des sites de rencontres pour chacun d’entre nous : les beaux, les moches, les gros, les roux, les vieux, les bio, les amateurs de MST, les végétariens, les cathos ou les fondus de cuisine. Il y en a même pour les animaux... Et le hasard dans tout ça ?

 

... La suite dans Causette #50.

 

Posture et imposture

 

On nous l'a assez répété : c'est la première impression qui compte. Et pour que la rencontre soit belle le jour J, on se met sur son trente et un et on tâche de se contrôler. Las ! Face à vous se trouve peut-être un... synergologue.

 

Vous tremblez ? Il y a de quoi. Inventée dans les années 1990 par Philippe Turchet, la synergologie prétend décoder nos gestes: « Elle permet d’appréhender l’esprit humain à partir de la structure de son langage corporel », comme le dit le site officiel. Ainsi, nos mouvements dévoileraient le fond secret de notre pensée, voire toute notre personnalité. Diantre ! Cet aspect non verbal représenterait même 90 % de notre communication avec autrui.

 

... La suite dans Causette #50.

 

Les petits bals perdus

 

Yaeell, chanteuse, dirige un orchestre de quatre musiciens, Vinyle Idylle. Depuis quinze ans, elle anime des bals populaires dans l’Ouest. Pour Causette, elle décrit ce moment de communion particulière qu’est le baloche.

 

« Les bals populaires, c’est à la fois génial, fou et intergénérationnel. Il y a encore de la mixité sociale. Petits, jeunes, moins jeunes, tous ont besoin de se retrouver pour faire la fête, s’exprimer. C’est un chouette moment où, sans se connaître, les gens se ren- contrent et s’amusent autour de la danse. La musique parle à tout le monde. Pendant trois heures, chacun oublie la morosité ambiante et les différences qui peuvent nous opposer. »

 

... La suite dans Causette #50.

 

Slow motion

 

Ça fait un bail que le slow a déserté les dance floors. Or, pas de slow, pas de rapprochement. Pas de rapprochement, pas de galoche. Pas de galoche, pas de galoche. Merde, c’était mieux avant?

 

Il portait un appareil dentaire et une chemise col pelle à tarte, il était grand, il était beau. Aux premières notes de Say You, Say Me, de Lionel Richie, il vous avait invitée à danser. Vous l’aviez enlacé langoureusement en piétinant un peu ses Stan Smith blanches, c’était votre premier slow. Et le dernier ? Jadis incontournable des boums et des dancings de notre jeunesse, cette danse semble bel et bien appartenir au passé. « Jusqu’aux années 80, le slow était l’emblème, très hétéronormé, de la sociabilité adolescente : se toucher enfin, aux yeux de tous, sans avoir besoin de se cacher, décrit Chris- tophe Apprill, sociologue spécialiste des danses de couple. »


... La suite dans Causette #50.

 

Ça drague pour moi

 

Vous n’avez pas que ça à faire d’arpenter la Toile (et la rue) à la recherche de l’amour ? Les progrès du marketing n’ayant pas de limites, aussi effrayant que cela paraisse, vous pouvez désormais vous offrir un assistant. Son job : draguer à votre place sur les sites de rencontres.

 

R encontrer quelqu’un sur Internet est absolument érein- tant (voir page 40). Et vu la probabilité faiblarde de rencontrer l’âme sœur au premier rendez-vous, ça confine au job à plein temps. Vous êtes sous l’eau, à deux doigts du burn-out, mais avez quand même envie de rencontrer l’amour, le vrai. Au fond, vous êtes une romantique, hein, c’est ça?

 

... La suite dans Causette #50.

Publié le 27 Octobre 2014
Auteur : Dossier coordonné par Clarence Edgard-Rosa. Avec Pauline Marceillac, Laure Dubesset-Chatelain, Philippe Ridou. | Photo : Moos-tang pour Causette
3639 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette