Spectacles Publié le 29 Août 2014 par Isabelle Motrot

Les amies de Georges 29/08/14

blog post image

La pièce George Sand, ma vie, son oeuvre ! est jouée à Paris dès le 11 septembre, au théâtre du Gymnase. Nous reproduisons ici la critique du spectacle, publiée dans le Causette #47 (juillet-août 2014), à l'occasion du festival d'Avignon.

Elle est gonflée, Caroline : elle a pris à bras-le-corps ce monument qu’est George Sand pour en faire un spectacle. Elle a eu raison, car elle parvient à redonner de la chair à l’auteure classique de La Petite Fadette, qui fut une militante engagée, une ardente amoureuse et une transgenre audacieuse. George Sand, c’était une bouillante. Caroline aussi. Depuis que la Ouate ne l’étouffe plus – elle a réglé ses comptes avec ce tube trop connu qui l’empêchait de respirer ailleurs –, elle multiplie les activités : comédienne, metteuse en scène, elle écrit ses pièces et des chansons. Elle a déjà joué d’autres fortes femmes dans son précédent spectacle, Mistinguett, Madonna et moi.

 

George Sand, ma vie, son oeuvre ! nous montre Caroline dans la maison de campagne de son enfance, tentant d’écrire sur Sand. Elle rame avec l’oeuvre foisonnante et, parallèlement, avec sa propre vie : sa mère couguar, son ado de fille insupportable, les finances qui fondent. Des problématiques – les rapports mère-fille, l’argent, la création, l’indignation – qui furent également au coeur de la vie de George. On passe de l’une à l’autre, d’un siècle à l’autre avec plaisir grâce à la mise en scène très juste d’Alex Lutz. Huit chansons originales rythment le spectacle, et on repart avec une vraie envie de relire Sand, cette femme si proche de nous. Caroline a décidément l’enthousiasme communicatif quand elle parle de ses copines.

 

Bande-annonce du spectacle :

 

 

George Sand, ma vie, son oeuvre !, à partir du 11 septembre 2014 au théâtre du Gymnase (Paris 10). Du jeudi au samedi à 19h45.

Publié le 29 Août 2014
Auteur : Isabelle Motrot
6272 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette