cinema Publié le 28 Août 2014 par Marie Gentric

Métamorphoses osées 28/08/14

blog post image

« J’ai formé le dessein de conter les métamorphoses des êtres en des formes nouvelles. » C’est ainsi que débute Les Métamorphoses, célèbre poème d’Ovide, écrit vers l’an I apr. J.-C. Le (nouveau) pari de Christophe Honoré ? Adapter au cinéma cette œuvre mythique, longue de quelque 11 995 vers.

 

Comme à son habitude, le réalisateur opte pour l’audace : pas question de se lancer dans une reconstitution historique. Les temples majestueux font place à un étrange décor périurbain. Les dieux troquent leurs étoffes scintillantes contre jeans et baskets. L’héroïne du film, Europe, n’est pas une frêle créature, blonde et fragile, mais une jeune « beurette » à l’air dur.

 

C’est cette Europe-là, l’Europe des cités et de la France actuelle, que Christophe Honoré a choisie comme fil rouge pour son film. Cueillie par le beau Jupiter à la sortie du lycée, l’adolescente se laisse bercer par ses histoires merveilleuses. Alors qu’elle n’est qu’une simple mortelle, elle découvre un monde à la fois merveilleux et inquiétant, empreint de sensualité et d’étrangeté. C’est ainsi qu’elle rencontre Bacchus, dieu redoutable, puis Orphée, l’amoureux malheureux…

 

Si le film est parfois hermétique en raison de ses nombreuses références culturelles, il demeure tout à fait accessible au grand public. Pas de panique, donc, si Ovide n’est pas votre auteur de chevet. La beauté des paysages, sublimée par la musique de la BO, suffit à créer un univers pétri de poésie et d’onirisme. Onirisme d’ailleurs renforcé par le ton mystérieux des comédiens, débutants pour la plupart.

 

Dégagé des conventions cinématographiques, leur jeu est moins naturel, mais plus nu, presque étrange. Transcendant le temps et les lieux, Honoré livre donc un film hybride, mais loin d’être bridé. Il parvient à sublimer le quotidien, à en faire un monde à part et intrigant. En un mot, à le métamorphoser.

 

 

Métamorphoses, de Christophe Honoré. En salles le 3 septembre.

Publié le 28 Août 2014
Auteur : Marie Gentric
6119 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette