Semaine de la presse Publié le 26 Août 2014 par Causette

Et le gagnant est...

blog post image

La 25e Semaine de la presse et des médias dans l’école, organisée par le Centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information (Clemi), s’est déroulée en mars dernier. À cette occasion, le Clemi, Causette, Les Nouvelles News et TV5 Monde, soutenus par le ministère des Droits des femmes, se sont associés pour organiser la deuxième édition d’un concours destiné aux collégiens et lycéens de toute la France. Ils étaient invités à « interroger et déconstruire les stéréotypes sexistes », au travers d’un article, d’une photo ou d’un dessin de presse. Cette année, le jury a récompensé sept propositions parmi les cent vingt reçues. Bravo à toutes et à tous, et particulièrement à Clément Dagois, élève de seconde au lycée Théodore-de-Banville à Moulins (Allier), pour son article sur le rugby féminin écrit avant la défaite des Françaises à la Coupe du monde, qui remporte le premier prix dans la catégorie lycée. Il gagne une publication dans Causette et un abonnement d’un an au magazine.

Rugby : les filles surclassent les mecs… et personne ne le sait

 

 

Du sexisme dans le monde du ballon ovale

 

 

La France a remporté le Tournoi des Six Nations le 14 mars dernier et l’événement est passé quasi inaperçu. Pourquoi ? Parce que les champions sont des championnes…

 

Le rugby féminin français était à l’honneur, plus ou moins, en mars dernier, grâce à la victoire de l’équipe de France dans le Tournoi des Six Nations. Les bleues ont d’ailleurs créé la surprise en réalisant le grand chelem, c’est-à-dire qu’elles ont remporté toutes leurs rencontres du tournoi. Ce que n’ont pas réussi à faire leurs homologues masculins. Un exploit qui a peu été salué par la presse sportive du pays.

 

Le tournoi féminin était diffusé sur France 4, une des chaînes les moins regardées du groupe France Télévisions. Pour comparer, son équivalent masculin l’était sur France 2, la plus regardée du groupe. Les présentateurs de France 2 ont simplement évoqué le grand chelem féminin pendant le match des hommes de Pascal Papé. Un piètre effort au vu de la prestation des coéquipières de Marie-Alice Yahé, capitaine du XV féminin. De même, on notera la couverture médiatique insignifiante que le quotidien L’Équipe aura accordée à l’événement : un entrefilet de… 77 mots, ni plus ni moins.

 

Le rugby féminin est peu mis en valeur en France ; les filles n’ont droit qu’à de petits stades de pro D2. L’équipe n’a pas eu le plaisir de jouer au Stade de France. Plaisir qu’elles n’ont pas eu non plus durant la Coupe du monde, qui s’est déroulée dans l’Hexagone du 1er au 17 août. Seules deux enceintes ont été retenues : celle du Centre national de rugby de Marcoussis (Essonne), où s’entraînent les équipes de France, et le stade Jean-Bouin à Paris.

 

En France, on trouve également les deux autres formes de rugby existant, à savoir le rugby à XIII et le rugby à VII. Le championnat de rugby à XIII est dominé par les Diablesses rouges de Montpellier. Sport qui, même chez les hommes, n’est pas très connu du grand public. C’est une discipline à part puisqu’elle possède sa propre fédération.

 

Au contraire, le rugby à VII est directement sous le contrôle de la Fédération française de rugby (FFR). Cependant, comme pour le XV, on ne connaît quasi aucun résultat de l’équipe de France à VII féminine. Les matchs des tournois IRB ne sont pas retransmis par les grandes chaînes télévisées. Il faut soit aller sur le site de la FFR, soit les suivre sur les réseaux sociaux. Seuls les résultats de la Coupe du monde, et encore, sont donnés. Le rugby féminin aura-t-il un jour une place plus importante dans le monde rugbystique ? Ça reste à voir.

 

Clément Dagois

 

Et les autres gagnants ? Téléchargez ici les textes de tous les lauréats du concours CLEMI :

 

CONCOURS-CLEMI by AnnaModératriceCausette

Publié le 26 Août 2014
Auteur : Causette
2407 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette