Publié le 23 Janvier 2010 par Johanna Luyssen

Dominique Desanti Ou l'art du mariage en CDD

blog post image

Aux questionnements récurrents sur la conduite d'un couple, les barrières culturelles et le manque d'imagination répondent obstinément par l'extrême: sois fidèle ou quitte-moi. Pourtant, il est des parcours qui encouragent à réinventer sans cesse des solutions adaptées à nos sentiments. On peut refuser l'hypocrisie de l'idéal conjugal traditionnel sans refuser l'amour, ni verser dans un mode de vie excessif et destructeur. Écrivain, biographe, journaliste, Dominique Desanti a connu tous les mouvements du XXe siècle : la guerre, le communisme, le féminisme... Mais c'est du couple, très libre, qu'elle formait avec son mari, le philosophe des mathématiques Jean-Toussaint Desanti, qu'il sera ici question. Free love forever !

Elle a 90ans, a connu la résistance, la libération et les premiers procès staliniens. Elle a été mariée pendant soixante-trois ans à un grand philosophe, Jean-Toussaint Desanti, dit Touky. Elle a écrit trente-deux livres. Des dizaines d'articles pour L'Humanité aussi. C'est le début de l'entretien mais elle semble être ailleurs. Elle tire sur sa cigarette, l'air concentré, tassée sur son vieux fauteuil.

« Johanna ?

- Oui ?

- Vous pouvez m'expliquer ce qu'est un lien ? »

Il est 19h30 et l'infatigable travailleuse voudrait se créer un blog sur Wordpress. Elle veut comprendre ce qu'est un lien. Parce que ça l'intéresse, les liens... Une demi-heure plus tard, le blog créé, elle sort une bouteille de vin turc, du rouge, et pose sur la desserte des biscuits apéritifs.

Depuis la mort de Touky, en 2002, elle vit seule dans leur appartement non loin de Pigalle, rempli d'objets, parmi lesquels trône un morceau du mur de Berlin. Elle reçoit dans un salon envahi de chats -on verra pourquoi. Des chats en peluche, des coussins-chats, des statues-chats, des figurines-chats. Des tapis partout. Des tableaux partout. Un dessin de Picasso au mur : le couple était lié au peintre, qui a réalisé la couverture d'un des livres de Touky. Sur le buffet aussi, ce poème d'Éluard : Liberté, j'écris ton nom, illustré par Fernand Léger. C'est elle qui commence l'entretien.

 

...à lire dans Causette#6...

 

ShareFB

 

Publié le 23 Janvier 2010
Auteur : Johanna Luyssen | Photo : Christophe Meireis
3338 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette