Litterature Publié le 18 Juin 2014 par Pauline Marceillac

Vis ma vie en lose 18/06/14

blog post image

Avec un titre pareil, une couverture rose flashy et pour énoncé deux filles « normales » qui s'adressent à des Bridget en puissance, je me voyais déjà chroniquer cet « antiguide de la lose » dans les quiches. Encore des trentenaires qui s'adressent aux trentenaires et qui sous couvert d'humour se rassurent d'être célib, sans enfant, travaillant dans la com ou la comédie et qui voudraient être Parisiennes à la place des Parisiennes... Je me voyais déjà m'énerver devant un ramassis de clichés, dans la veine de Cosmo qui semble n'avoir jamais entendu parler de sexisme, misogynisme, féminisme.

 

C'est donc mi-amusée, mi-diabolique que j'ouvrais la première page, prête à sortir mes griffes. Pas de bol, la dédicace « A tous ceux qui nous supportent, en plus de se supporter », m'arrache un sourire. Cynique, j'aime bien. Deuxième page, citations de Jean-Claude Duss dans Les Bronzés et François Perrin dans La Chèvre. Merde, ce sont un peu mes références aussi. Je suis obligée de re-sourire. S'ensuit une préface de Pierre-Emmanuel Barré, introduite par un échange entre l'auteure (du livre) et l'auteur (de la préface) , improbable et absurde. « Eh Barré, tu veux bien écrire un mot au début de notre livre ? » - « Qu'est-ce que ça raconte ? » - « C'est un peu inspiré de la vie des meufs » - « Ca doit être de la merde, alors. » - « Justement, c'est sur la lose, donc j'ai tout de suite pensé à toi ».

 

Je vous épargne les quelques 150 pages suivantes que j'ai dévoré, où j'ai re-re-souri, rit, où me suis franchement marrée ! Entre les choix cornéliens d'une vie en lose, les tranches de vie (« Si tu t'es déjà retrouvé coincé dans une autre personne que toi-même »), les petites annonces insolites ou les séries « t'es grillé parce que t'utilises des mots ou expressions que tu trouves d'jeuns et cool alors qu'en fait plus personne ne les utilisent depuis la fin des années 90 » etc., tous les styles humoristiques y sont et sont traités finement et sans ronflement. En parfaite adéquation avec notre temps. Répétitions, absurdité, comique de situation, au bout d'une petite heure j'arrive à la dernière page, je me surprends à lire le nom de l'éditeur, et celui de l'imprimeur aussi, à relire la quatrième de couv et le communiqué de presse. L'intro et la préface. Et là je réalise que j'ai envie de tout relire et après d'appeler Joséphine Draï et Alexandra Cismondi, les auteures donc, pour leur demander si elle veulent bien être mes copines. Bien qu'elles aient oublié l'expression so 1993 : « - Allo ?.... - A l'huile ! »

 

Fille qui roule n'amasse pas mec, éditions J'ai Lu. 2014

Publié le 18 Juin 2014
Auteur : Pauline Marceillac
8014 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette