Politique Publié le 05 Juin 2014 par Julia Pascual

Un ministère élargi, des inquiétudes aussi 17/04/2014

blog post image

Un moindre mal, une bonne ou une mauvaise nouvelle ? Comment appréhender les nouveaux contours du ministère des Droits des femmes, fruit du remaniement du 2 avril dernier ? Faut-il se réjouir que, dans un gouvernement resserré, le maroquin ne passe pas à la trappe ? Ou voir, au contraire, dans ce grand portefeuille étendu à la Ville, à la Jeunesse et aux Sports, la dilution de l’un des engagements phares de campagne du président de la République (la consécration d’un ministère de plein exercice) ? « Nous sommes inquiètes du périmètre très élargi de ce ministère », a signalé dans un communiqué l’organisation Osez le féminisme !, qui ne croit pas à une mesure « de nature à maintenir la priorité sur le sujet de l’égalité femmes-hommes ». Najat Vallaud- Belkacem « aura moins de temps et de collaborateurs sur la question des droits des femmes », pense Françoise Picq, sociologue et militante historique du MLF.

 

« Laissez-nous le bénéfice du doute », réagit l’entourage de la ministre, qui promet de la « transversalité », et de citer, par exemple, la volonté de redéployer une partie des crédits du sport vers les pratiques féminines. Le Planning familial ne demande qu’à croire à cette approche globale. En attendant, l’association regrette surtout, dans un communiqué, « l’orientation libérale affichée » par le nouveau gouvernement et « l’abandon de projets de lois progressistes ». Elle invite la nouvelle équipe à « poursuive le projet resté au milieu du gué après le vote de la loi sur le mariage pour tous ». En ligne de mire : l’ouverture de la PMA à toutes les femmes. Un voeu pieux.

Publié le 05 Juin 2014
Auteur : Julia Pascual | Photo : Morpheen (illustrations)
5703 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette