On nous prend pour des quiches Publié le 04 Juin 2014 par Pauline Baron

Le charbon a (encore) de la ressource 02/06/2014

blog post image

Ah, la France de Germinal, ses gueules noires et ses mines de charbon : le gouvernement nourrirait-il de la nostalgie pour ce passé ? Il faut croire, vu qu’il a donné son accord pour construire et exploiter des centrales à charbon… à l’étranger. Quitte à polluer, autant le faire chez les autres. Ainsi, début 2014, GDF Suez obtenait « l’aval des autorités sud-africaines pour bâtir une centrale à charbon à Waterberg, alors qu’il lui aurait été possible de postuler au programme du gouvernement [sud-africain] sur les énergies renouvelables pour développer ce projet », dénonce Tristen Taylor, de l’ONG Earthlife Johannesburg. Dans le même temps, Nicole Bricq, alors ministre du Commerce extérieur, vantait auprès de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) le Better Coal, littéralement « meilleur charbon » : une chaîne d’approvisionnement, élaborée par neuf sociétés européennes dont EDF et GDF Suez, décrite comme « plus sûre pour l’homme et l’environnement, censée instaurer des normes RSE [responsabilité sociale et environnementale des entreprises, ndlr] dans le textile ». Mais, pour Arnaud Faucon, de la CGT Consom’Action, « ce n’est rien d’autre qu’un enfumage destiné à imposer ce pseudo-guide de bonnes pratiques ».

 

Schizophrénie

Accorder à EDF et GDF Suez un blanc-seing pour exploiter cette « meilleure » ressource, voilà qui permet au Premier ministre, Manuel Valls, de rester droit dans ses bottes, lui qui considère la transition énergétique comme « l’une de [s]es priorités ». Grâce à ce subterfuge, le gouvernement se donne bonne conscience et a les coudées franches pour réduire ses émissions de CO2 tout en boostant l’activité d’EDF et de GDF Suez, producteurs d’énergie dont l’État détient une part du capital. « Cela pose la question de la cohérence de la politique gouvernementale », selon Malika Peyraut, de l’association Les Amis de la Terre, qui accuse ces installations d’empêcher les pays qui y recourent « d’impulser leur transition énergétique ». Et pendant ce temps, notre gouvernement schizophrène se rêve en hôte actif pour la conférence sur le climat, qu’il accueillera à Paris en 2015.

Publié le 04 Juin 2014
Auteur : Pauline Baron | Photo : Morpheen (illustrations)
5730 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette