Corps et Ame Publié le 26 Mai 2014 par Virginie Roels

Date limite de procréation dépassée Allô maman bébé

blog post image

D’après notre sondage exclusif, 69 % des femmes pensent que l’âge limite pour avoir un enfant se situe après 40 ans, et 85 % que les progrès médicaux pourront alors les aider. Désolée, il va falloir revoir votre passeport pour la fécondité : envisager de faire un enfant passé 37 ans, c’est risquer de ne jamais en avoir. L’information est cruelle, méconnue, mais réaliste.

 

Accédez à l'intégralité du sondage IFOP pour Causette ici.

 

Rachida Dati, Monica Bellucci, Carla Bruni-Sarkozy, Julia Roberts et j’en passe: chaque fois qu’une célébrité tombe enceinte après 40 ans, elle fait immanquable- ment la Une des magazines féminins, la presse people en fait ses choux gras et les émissions de télévision y vont de leur « Spécial grossesse tardive ». Si l’on connaît tout de leur «bonheur inespéré», des «joies de la maternité à l’âge de la maturité», curieusement, on ne sait quasiment rien de la façon dont elles s’y sont prises. Grossesse spontanée ? Don d’ovocytes ? Fécondation in vitro (FIV) ? Cela, les médias ne l’évoquent tout simplement pas. Résultat, pour peu que l’on ait un exemple de grossesse tardive dans notre entourage, on finit par s’imaginer qu’avoir un enfant passé 37 ans, c’est aussi facile que d’aller s’acheter un pot de crème antirides au supermarché du coin.

« Est-il facile d’avoir un enfant passé 37 ans ? Non. De tomber enceinte grâce aux progrès de la médecine ? Doublement non. À partir de 38 ans, 30 % des femmes ne réussiront pas à avoir d’enfant, alors que la plupart auraient pu y parvenir deux ans auparavant!» déplore le professeur François Olivennes, gynécologue-obstétricien spécialiste des traitements de l’infertilité. «En consultation, je rencontre de plus en plus souvent des femmes qui envisagent de fonder une famille sans même savoir que, pour elles, il est déjà trop tard! Il est urgent d’informer les femmes sur les chiffres réels de leur fécondité 1 », s’impatiente-t-il. En sirotant son Perrier menthe, François Olivennes promène son regard sur les passantes et s’interroge à haute voix : « Je serais curieux de savoir combien d’entre elles vont repousser leur projet de maternité, et pourquoi ? Pensent-elles naïvement avoir tout le temps devant elles? Que savent-elles au juste de leur fécondité ?»

 

La fertilité chute dix ans avant la ménopause

 

Qu’à cela ne tienne, nous décidons d’interroger les femmes, de confronter leurs idées reçues à la réalité toute nue. Direction Ménilmontant, un quartier populaire du nord de Paris. Dès que le printemps pointe son nez, toutes les générations aiment s’y donner rendez-vous à l’heure de l’apéro. Trois jeunes femmes attablées, rieuses et coquettes, acceptent notre intrusion dans leur conversation. Élodie, Sonia et San- dra ont entre 29 et 32 ans. Sur les conseils du Pr Olivennes, nous leur posons une question piège : jusqu’à quand, selon elles, est-il possible de faire un enfant ? Toutes répondent du tac au tac : « Tant qu’on a ses règles, jusqu’à la ménopause. » Perdu ! Le taux de fertilité de la femme chute dix ans avant la ménopause, et ça fait toute la différence. «Cela impliququ’il y a toute une partie de la vie durant laquelle la femme a ses règles, mais sans pouvoir avoir d’enfant, ou avec des chances très faibles », confirme François Olivennes. Compliqué pour notre groupe de jeunes femmes d’à peine 30 ans de se projeter dans un avenir encore lointain.

 

La suite dans Causette #46.

 

Quatre clefs pour ne pas pa-niquer

 

Demandez une analyse hormonale à votre gynéco. Cela permettra d’estimer la qualité et l’étendue de votre réserve ovocytaire, seul moyen d’avoir une idée de sa fertilité.

Faites-vous prescrire de la vitamine B9 trois mois avant d’arrêter la pilule. Même si l’on ne sait pas bien pourquoi, cette vitamine réduit les risques de fausse couche. 

Inutile de jouer aux apprentis sorciers en calculant sa courbe d’ovulation. Une fois sur deux, on se plante. Il existe des tests d’ovulation très efficaces vendus en pharmacie. 

Le jour J, oubliez les recettes de grand-mère du type « lever les jambes après l’amour ». Le meilleur moyen de tomber enceinte est de s’y coller tous les jours, au minimum tous les deux jours : « Tomber enceinte, c’est comme le loto : plus on joue, plus on a de chances de gagner », dit François Olivennes. 

 

 

 

Publié le 26 Mai 2014
Auteur : Virginie Roels | Photo : Alison Brady
9579 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette