Culture Publié le 01 Avril 2014 par Isabelle MOTROT

My Sweet Pepper Land La belle, la brute et le truand

blog post image

C’est un western kurde. Vous ne voyez pas trop ce que ça peut être ? Normal, c’est le premier du genre. Dans un village perdu, entre l’Iran, l’Irak et la Turquie, eldorado des trafiquants, Baran essaie de faire régner la loi. Il a lutté pour l’indépendance kurde et le voilà reconverti dans la police, tentant de contrer le seigneur local, Aziz Aga. De son côté, Govend, une jeune institutrice, se bat pour faire classe dans le village, alors qu’Aga et ses sbires voudraient maintenir les enfants sous leur joug. La belle et rebelle Govend va croiser le bourru mais charmant Baran. Dans ce film au ton décalé et attachant, souvent, on ne sait si l’on doit rire ou pleurer. Hiner Saleem y brosse le portrait d’un Kurdistan en plein essor : « Ça ressemble au Far West : on voit des villages sortir de terre, on construit des routes, on combat les chefs de guerre, qui font la loi sur leur fief. Ajoutez des paysages grandioses, et vous avez la base des westerns. » Grâce au personnage de Govend, on découvre comment la condition des femmes évolue. Pour Hiner Saleem, le changement a commencé au Kurdistan, il le dit avec un charme poivré irrésistible.

 

My Sweet Pepper Land, de Hiner Saleem. Avec Golshifteh Farahani. Sortie le 9 avril.

Publié le 01 Avril 2014
Auteur : Isabelle MOTROT
1792 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette