Enquete Publié le 27 Mars 2014 par Fanette MERLIN et Marc BOUCHAGE

L’orphelinat Sainte-Agathe et son chauffeur Rwanda, une évacuation française

blog post image

Au moment où le Rwanda s’apprête à célébrer les 20 ans du génocide des Tutsis, qui a fait 800 000 morts en à peine cent jours, un procès historique s’est tenu à Paris. Pascal Simbikangwa, ancien militaire rwandais, a été condamné à vingt-cinq ans d’emprisonnement, à la suite de la plainte déposée par le Collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR). Une décision dont il a fait appel. Pour la première fois, un tribunal français a jugé des crimes liés au génocide de 1994, alors que Paris a souvent été accusée par Kigali d’avoir soutenu le régime génocidaire et protégé ses responsables, dont certains ont pu se réfugier sur son territoire. Une évacuation effectuée dans le cadre de l’opération Amaryllis reste aujourd’hui encore controversée : celle de l’orphelinat Sainte-Agathe de Masaka et de son chauffeur, Paul Kanyamihigo.

Roissy, tard dans la nuit du 11 au 12 avril 1994. C’est l’effervescence sur le terminal 9 de l’aéroport, où 99 enfants rwandais descendent de l’avion d’Air France en provenance de Bangui (Centrafrique). Leur évacuation a été décidée deux jours plus tôt, après que des miliciens Interahamwe1 ont massacré des employées à l’orphelinat Sainte-Agathe, à Masaka, au sudest de la capitale rwandaise, Kigali. L’exfiltration a été confiée aux parachutistes français positionnés en Centrafrique, dépêchés sur place dans le cadre de l’opération Amaryllis lancée par la France vingt-quatre heures après le début du génocide, qui a été déclenché le 7 avril, au lendemain de l’attentat contre le président rwandais Juvénal Habyarimana. Du 8 au 14 avril, les avions français embarquent ainsi 1 238 personnes à leur bord, dont 394 Rwandais (hutus et tutsis) 2. Aux côtés des orphelins débarquent pas moins de trente-six accompagnateurs dont l’identité et le parcours restent depuis lors sujets à caution.

 

1. Les Interahamwe (« ceux qui combattent ensemble » en kinyarwanda) désignent les miliciens du MRND, le parti du président Juvénal Habyarimana.

 

La suite dans Causette #44.

Publié le 27 Mars 2014
Auteur : Fanette MERLIN et Marc BOUCHAGE | Photo : Camille Besse pour Causette (illustrations)
3545 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette