Dossier Publié le 17 Janvier 2010 par Bérangère Portalier, Ouafia Kheniche, Théophile Hazebroucq, Eric Fassin, Danielle Moraes, Benjamin Bonneau, Marianne Dautrey, Em

Spécial Féminisme Je ne suis pas féministe mais…

blog post image

« Mal baisées ! », « hystériques ! », « frustrées ! » Les Français sont impitoyables avec leurs féministes. Confortablement installées dans notre droit de voter, d'avorter, notre indépendance financière et notre vie sociale, il semble que nous devrions nous sentir comblées... épanouies... heureusesenfin ! Et la prochaine qui grogne se prendra une tape sur le museau. Il faut bien avouer que des extrémistes, des intégristes féministes, il y en a eu, et que l'histoire, injuste comme toujours, aime à retenir leur exemple. C'est tellement plus vendeur de se moquer des mégères que de soutenir des militantes plus modérées! Pour n'avoir pas su resserrer ses rangs et contrôler son image, le combat féministe a failli à imposer la formidable remise en cause de la société qu'il proposait d'opérer. Il reste pourtant un outil extrêmement performant pour questionner notre système social et politique. Et pas seulement pour promouvoir la cause féminine. Si les métrosexuels, nouveaux pères et autres modèles de virilité décomplexée ont pu émerger, c'est grâce à cette remise en question, initiée par les femmes, des rôles traditionnellement assignés à chacun. C'est pourquoi Causette veut remettre le féminisme au centre de l'attention et démontrer qu'il n'a rien d'un gros mot. Pour soutenir le nécessaire questionnement continu d'un système qui produit toujours inégalités et souffrances identitaires. Pour qu'hommes et femmes envisagent des moyens moins coercitifs d'être au monde ensemble.Le féminisme a pu émanciper les femmes, entamer la lente libération du carcan du genre, permettre à chacun d'assumer sa sexualité et à tous de mieux comprendre le monde. Mais d'anciens problèmes perdurent, tels que les différentes formes de violences faites aux femmes, plus ou moins banalisées. La société est aussi amenée à trancher sur de nombreux points d'achoppement: quel usage ai-je le droit de faire de mon corps? Puis-je le prostituer? Baiser à l'écran et revendiquer ma respectabilité? Me voiler en public? Dois-je bénéficier d'une discrimination positiveafin de faire voler en éclats ce foutu «plafond de verre»? Dois-je remercier ou bien immoler un homme trop galant? Avoir honte si je refuse d'être mère? Le chemin du féminisme est parsemé de désaccords, de luttes intestines, d'engagements éprouvants et de questions en suspens. Mais il constitue une grille de lecture indispensable à la compréhension de notre modèle de société. Vive le féminisme décomplexé !

P. 28 ... Y a de quoi !

P. 35 ... Je me soigne !

P. 37 ... J'aime qu'on porte mes paquets !

P. 38 ... Y'en a que pour les noirs !

P. 40 ... Je vous emmerde !

P. 42 ... Ne t'occupe pas de mes fesses !

P. 44 ...Suis-je une femme,d'ailleurs ?

P. 47 ... Je ne suis pas un babouinnon plus !

P. 48 ... Ma mère l'a été pour deux

 

...à lire dans Causette#5...

 

ShareFB

 

Publié le 17 Janvier 2010
Auteur : Bérangère Portalier, Ouafia Kheniche, Théophile Hazebroucq, Eric Fassin, Danielle Moraes, Benjamin Bonneau, Marianne Dautrey, Em | Photo : Morpheen
4997 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette