La cabine d'effeuillage Publié le 21 Février 2014 par Sarah GANDILLOT

Grégory Gadebois la force tranquille

blog post image

Troisième reprise ! Un an et demi après la première à la Comédie des Champs-Élysées et une tournée triomphale en France, Des fleurs pour Algernon reprend au Théâtre Hébertot. Sur scène, comme un seul homme : Grégory Gadebois, comédien XXL qu’on ne se lasse pas de regarder, au théâtre comme au cinéma.

Il en impose. Stature de géant, blouson de cuir et santiags aux pieds. Tout de suite, la masse de son corps tranche avec la douceur de sa voix. Quand il croise l’administratrice du Théâtre Hébertot, où il reprend en ce moment Des fleurs pour Algernon, adaptation théâtrale d’une célèbre nouvelle de Daniel Keyes qui n’en finit plus de rencontrer son public, il lui susurre, presque à l’oreille : « Des amis veulent venir me voir jouer. Mais je ne veux pas savoir quand ils viennent. Est-ce que je peux leur donner votre numéro ? » Plus tard, il explique : « Là, je réponds à vos questions tout en préparant ma pipe. Je suis concentré sur mes réponses, mais une petite partie de mon cerveau est quand même mobilisée par ma pipe. Eh bien, quand des amis viennent me voir jouer, c’est la même chose. »

 

La suite dans Causette #43

Publié le 21 Février 2014
Auteur : Sarah GANDILLOT | Photo : Franck Ferville pour Causette
2026 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette