Corps et Ame Publié le 28 Octobre 2013 par Dossier Coordonné par Liliane Roudière

Un orgaste, c’est bien, un orgasme, c’est mieux

blog post image

On vous somme d’orgasmer ? « Encore faudrait-il savoir faire l’amour ! » réagit Élisa Brune1, qui a consacré de nombreux livres à la sexualité féminine. Selon elle, « il reste encore beaucoup d’idées fausses à balayer et de nerfs cachés à titiller, si nous voulons explorer notre potentiel orgasmique ». Au lieu de nous intéresser à cela, nous nous glissons dans la conformité qui nous impose d’être séduisante et, surtout, un bon coup. On hurle pendant l’amour, comme au cinéma, et puis aussi on crâne devant les copines quand on a réussi à s’enfourner un sex-toy profilé… Attention, ça peut faire mal ! Commencez donc par un doigt ! Et je ne rigole pas. Car, pour enfin devenir autonome sexuellement, être à l’aise avec son corps, il faut l’explorer. N’oubliez pas que nous avons, et nous seules, un organe qui n’est dévolu qu’au plaisir : le clitoris (voir Causette #4). « Le plaisir sexuel, ça se travaille, comme on travaille son piano », affirme Élisa Brune. C’est une chose de savoir se faire grimper aux rideaux, mais sachez que, dans ce cas-là, vous venez d’avoir un orgaste. C’est‑à-dire la décharge des phénomènes physiologiques qui accompagnent le réflexe d’excitation sexuelle. Ça fait du bien et ce n’est pas si mal. Quant à l’orgasme, on va dire que c’est la même chose, la décharge émotionnelle en plus. D’un côté, l’excitation sexuelle, de l’autre, le plaisir complet… La recette d’un orgasme réussi, eh bien, ça n’existe pas, et Dieu merci ! C’est une histoire secrète entre nous et le monde. Comment on l’envisage, comment on s’approprie l’air frais du matin et le regard de la personne aimée posé sur notre épaule.

 

(1). Auteure du Salon des confidences, le désir des femmes et le corps de l’homme. Éd. Odile Jacob, 2013.

 


- Le sexe n’est pas que du plaisir :
Georges Bataille disait : « La sexualité aujourd’hui n’est plus maudite mais prescrite », regrettant que la jouissance soit devenue un impératif alors qu’autrefois le plaisir relevait de la transgression.

 

- La jouissance du chuchotis


- Ceux qui n’en ont pas : difficile, socialement, dans une époque d’hypersexualisation, de vivre sans orgasme. Pis, de ne pas s’envoyer en l’air ! Pourtant, malgré ce qu’on aimerait laisser croire, ce n’est pas obligatoirement une source de déséquilibre.

 

- Tirésias, le juge de l’orgasme féminin


- Femme qui jouit est toujours jolie !

 

- Stupeurs et traumatisme : lors d’un viol, certaines femmes disent ressentir, bien malgré elles, une forme d’excitation,
voire un orgasme. Le comble de l’horreur pour elles. Et pourtant, tout s’explique ! Muriel Salmona, psychiatre, psychotraumatologue et présidente de l’association Mémoire traumatique et victimologie, répond à nos questions.

 

- “On est des actrices avant tout !” : Liza del Sierra, Angell Summers et Anna Polina sont des actrices de films X. La croyance populaire veut qu’elles soient plus des accros au sexe que des professionnelles de la simulation. “Causette” les a rencontrées.

 

- La petite mort

 

 

La suite dans Causette #40

Publié le 28 Octobre 2013
Auteur : Dossier Coordonné par Liliane Roudière | Photo : Marielsa Niels pour Causette
11850 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette