Politique Publié le 25 Septembre 2013 par Divers

« Poutine et le patriarche : des raclures, des occupants » Meeting les Pussy Riot

blog post image

Dans les locaux parisiens d’Amnesty International, en juin, deux membres des Pussy Riot ont accepté de rencontrer Causette, bientôt deux ans après la performance qui a mis le feu à la Russie. Elles se montrent, mais en se protégeant, boudent télés et radios, évitent les avant-premières du documentaire qui leur est consacré, Pussy Riot : A Punk Prayer (en salles en octobre). On essaie de deviner, dans les Converse de l’une, dans le gilet à capuche imprimé Mickey de l’autre, un peu d’elles-mêmes. On saura seulement que Shaïba et Serafima (noms d’emprunt) ont la petite vingtaine. Pour le reste : nitchevo ! Rien ! Ce jour-là, elles parlent de féminisme, de musique et beaucoup de politique, commentent les récentes lois liberticides dans leur pays, comme celle qui précise que « toute offense aux sentiments religieux des croyants » est passible de trois ans de prison. Une disposition qu’on appelle là-bas la « loi Pussy Riot ». Surtout, elles insistent pour qu’on n’oublie pas leurs deux camarades en prison, Nadia et Macha.

 

La suite dans Causette #39.

 

Et aussi :

 

Le Lusty Lady prend la fessée : Retour sur la fermeture du Lusty Lady, légendaire strip-club de San Francisco autogéré par des danseuses syndiquées.

 

France , les anti-IVG "spammés"

 

Russie : Poutine sens dessus dessous

 

Allemagne : le sexe des anges

 

Asie-Pacifique : l'ONU confesse les violeurs

 

Pôle Emploi : Rosecélavi, la femme qui ne chôme jamais

Publié le 25 Septembre 2013
Auteur : Divers | Photo : Christophe Mereis & Besse (illustrations)
3423 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette