La copine de Causette Publié le 25 Septembre 2013 par Willy Le Devin

Directe du gauche Samia Ghali

blog post image

Frondeuse, tempétueuse, Samia Ghali électrise Marseille. Enfant des quartiers nord, elle en est devenue l’élue aimante et bruyante. Au risque de flirter avec la caricature. Rencontre avec une forte tête qui déjoue les codes politiques. Et déroute jusque dans son propre camp.

Le soleil étire sa complainte automnale sur le bitume défoncé de la rue de Lyon. De part et d’autre, il y a des commerces, ou ce qu’il en reste, et quelques glaneurs égarés. Chacun brocante une ou deux « touailles » (babioles, dans le Sud). Un écrou, un tamis de chaise, un transistor hors d’âge. Mis bout à bout, ça finira bien par faire 20 euros… Au milieu de la chaussée, une vieille femme vagabonde. Seule. Elle crie : « On me dégage de chez moi, on me dégage ! Ce n’est pas possible, j’ai 66 ans. » Les passants semblent compatir. Timidement. Elle crie encore : « Mais je vais aller où, bon Dieu ? Pas ça, Seigneur. Pas ça. » Un homme, la soixantaine cernée, s’approche. De sa poche, il extirpe un petit bout de papier plié en mille. « Appelez ce numéro, murmure- t‑il. C’est le standard de Samia Ghali. On dit qu’elle est gentille. Elle vous aidera. » C’est ainsi que, dans les quartiers nord de Marseille, on pousse la porte du bureau de Samia Ghali, maire PS des 15e et 16e arrondissements, comme on irait prier la Bonne Mère.

 

La suite dans Causette #39.

Publié le 25 Septembre 2013
Auteur : Willy Le Devin | Photo : Yohanne Lamoulère pour Causette
3614 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette