La cabine d'effeuillage Publié le 26 Août 2013 par Isabelle Motrot et Liliane Roudière

Benoit Poelvoorde, le vacarme de l'intime.

blog post image

Le 28 août est sorti “Une place sur la terre”, film de Fabienne Godet dans lequel Benoît Poelvoorde campe un photographe solitaire désenchanté à qui l’amour va redonner une place... Le 22 septembre prochain, le comédien belge aura 49 ans. À l’aube de ce demi-siècle, c’est l’heure du bilan. Celui d’un homme qui, depuis l’enfance, marche, tangue ou bascule – c’est selon – sur des chemins de crête. Son Nord à lui, c’est l’intime. Une zone floue dont il ne parvient pas à circonscrire les frontières. Il a beau faire le clown, botter en touche, rester dans l’allusif… l’intime n’en finit pas de suinter, de le gratter.

Il marche entre deux rives, un pied dans le cinéma, un autre dans la réalité, et ça claudique. Car Benoît Poelvoorde vit comme il joue : au premier degré… Benoît Delépine, qui l’a fait tourner dans tous ses films1, nous l’explique très clairement : « Il n’est pas acteur, il EST le personnage. Donc rien à dire, rien à diriger, si ce n’est le laisser faire ! » (À ce propos, Benoît, vous avez un message à la fin de ce portrait.) Fabienne Godet confirme, et s’émerveille de « cette capacité incroyable à plonger dans son rôle totalement, comme un enfant qui joue ». Le hiatus vient peut-être du fait que ce n’est pas lui qui a choisi le cinéma, c’est arrivé près de chez lui, et par hasard. Son premier rôle, celui de Ben, serial killer de C’est arrivé près de chez vous, va le propulser sur le devant de la scène.

 

1. Coréalisés avec Gustave Kervern.

 

La suite dans Causette #38.

Publié le 26 Août 2013
Auteur : Isabelle Motrot et Liliane Roudière | Photo : Christophe Meireis
1620 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette