Vue du labo Publié le 26 Août 2013 par Antonio Fischetti

Autopsie du Suicide

blog post image

Bien que le suicide relève avant tout de l’intime, il semble obéir à certaines lois. Ainsi, les hommes se suppriment davantage que les femmes, ces dernières étant plutôt spécialistes des tentatives « ratées ». D’autres phénomènes concernent les deux sexes, comme l’augmentation saisonnière des suicides au printemps ou leur caractère contagieux, appelé « effet Werther ».

Il y a, évidemment, plein de façons de se suicider. Mais il y a quand même des classiques du genre. Et ceux-ci diffèrent selon les sexes. Une femme aura tendance à avaler des cachets, puis à laisser la boîte en évidence et à téléphoner à sa meilleure copine en lui précisant bien de ne pas appeler les secours. L’homme, lui, préférera se tirer une balle dans la tête sans rien dire à personne. Ces scénarios paraissent caricaturaux, mais les faits sont têtus : sur quelque 10 000 victimes de suicide par an en France, près des trois quarts (73 %) sont des hommes1. Les proportions sont presque inversées pour les tentatives « ratées » : sur environ 90 000 par an, 65 % concernent des femmes2. À propos du modus operandi, les différences sont tout aussi marquantes : les armes à feu sont choisies par 18 % des hommes et 3 % des femmes, alors que les médicaments le sont par 31 % des femmes et 10 % des hommes. Comment expliquer ces disparités ?

 

1. Source : Inserm (www.inserm.fr).

2. Source : Institut de veille sanitaire.

 

La suite dans Causette #38.

Publié le 26 Août 2013
Auteur : Antonio Fischetti | Photo : Bernard Faucon / Agence Vu
1920 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette