Société Publié le 24 Juin 2013 par Cécile ANDRZEJEWSKI

Amours à découvert

blog post image

On connaissait la trithérapie, qui dompte le VIH. Mais qui sait qu’elle peut également tenir lieu de prévention contre la transmission du virus et délivrer les séropositifs de leur réputation de “bombes virales” ? Une avancée qui permet aux malades de dire leur VIH sans pour autant condamner leur vie amoureuse.

Début de soirée en région parisienne, les rayons de soleil sèchent doucement le linge installé dans un coin de l’appartement de Stéphane et Vanessa. Tranquillement assis dans le canapé, ils se tiennent la main sans même s’en apercevoir. Pourtant, au départ, rien n’était gagné pour ce jeune couple. Lors de leur rencontre, en 2012, Vanessa est séropositive depuis deux ans. « J’ai eu tous les symptômes de la terre ! se rappelle-t-elle. Fièvre, nausées, vomissements, fatigue... » Aujourd’hui, la jeune brune est sous trithérapie. Elle ne subit presque pas d’effets secondaires. Sa charge virale a drastiquement diminué, au point de devenir indétectable.

 

* Les prénoms ont été modifiés.

 

La suite dans Causette #37.

Publié le 24 Juin 2013
Auteur : Cécile ANDRZEJEWSKI | Photo : Emmanuelle Brisson
3677 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette