CABINET DE CURIOSITE Publié le 24 Juin 2013 par Anne-Laure Pineau

Jean-Pierre Brisset, le prince des grenouilles Absurdie, début du XXe siècle

blog post image

L’homme ne descend pas du singe mais de la grenouille. C’est la théorie de Jean-Pierre Brisset, un hurluberlu qui, à l’époque de Darwin, pensait que les batraciens parlaient, dans leurs mares, un français ancestral. Des intellos de l’avant-guerre aux psychiatres de renom, tous ont célébré ses écrits à la fois absurdes et stupéfiants. En 1913, notre homme a même été élu « prince des penseurs » ! Cent ans plus tard, l’heure est à la commémoration. Plongeon dans les remous ubuesques de la pensée de ce fou coassant.

Le 13 avril 1913, Jean-Pierre Brisset, un vieil inconnu de 75 ans en chapeau claque et barbichette blanche, débarque, un brin impressionné, en gare Montparnasse par le train d’Angers. Une troupe d’intellectuels, parmi lesquels les écrivains Jules Romains, Stefan Zweig ou le poète Guillaume Apollinaire, attendent impatiemment celui qu’ils ont élevé au rang de « prince des penseurs ». La bande rit sous cape et se moque un peu, car Brisset est l’apôtre d’une vérité : l’homme ne descend pas du singe mais de la grenouille ! Sous les hourras et les « Vive Brisset ! », les joyeux drilles le promènent dans une calèche de roi et, aux pieds du Penseur de Rodin, lui font tenir conférence. Un fastueux banquet clôt les festivités. Celui que l’on a tenu pour un vieux toqué étonne. Il se compare peut-être à Jeanne d’Arc, mais sa réflexion intellectuelle est remarquable. On finirait presque par le croire...

 

La suite dans Causette #37.

Publié le 24 Juin 2013
Auteur : Anne-Laure Pineau | Photo : Camille Besse (illustrations)
3456 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette