La copine de Causette Publié le 24 Juin 2013 par Juliette CHAPALAIN et Julia PASCUAL

Haut la main !

blog post image

Le sport collectif féminin fait figure de divertissement, suivi avec un regard mi-attendri, mi-condescendant. Mais voilà qu’en France des équipes nationales carburent mieux que leurs équivalents masculins. Les basketteuses, elles, ont été sacrées vices-championnes olympiques sur les parquets de Londres l’an passé et tentent aujourd’hui d’arracher un titre européen. Pourtant, les douze Braqueuses continuent de se montrer accessibles et sympathiques. L’engouement populaire autour d’elles ne se dément pas, mais elles ont encore beaucoup de route avant d’être traitées en égales.

On devine l’émotion des joueuses. Ce n’est pas tant leur fibre patriotique qui vibre à l’écoute de l’hymne national. Mais, devant le public qui entonne La Marseillaise, difficile de ne pas frissonner. La musique a carrément été coupée pour laisser la foule chanter a capella. « Je demande à entendre les supporters de l’équipe de France ! » La salle se gonfle et pousse un cri d’encouragement. « Oléééééééééé ! » Dans quelques secondes, le cinq de départ de l’équipe de France va s’élancer sur le parquet de l’Arena Loire pour venir arracher une première victoire dans le Championnat d’Europe de basket féminin (62 à 39 contre la Lettonie). C’est un baptême d’exception pour la salle flambant neuve de Trélazé, à la périphérie d’Angers, construite pour accueillir les premières phases de l’Eurobasket féminin, qui se déroule du 15 au 30 juin. 5 000 billets ont été vendus. On est loin des 80 000 places du Stade de France, mais, en matière de basket féminin, c’est cinq fois la fréquentation moyenne d’un match de saison régulière.

 

La suite dans Causette #37.

Publié le 24 Juin 2013
Auteur : Juliette CHAPALAIN et Julia PASCUAL | Photo : Hervé Bellenger / IS
3252 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette