Culture Publié le 28 Mai 2013 par Isabelle Motrot

Marion Vernoux, retour de flamme. Cinéma

blog post image

Marion Vernoux est une réalisatrice discrète, avec un univers bien à elle. Depuis son premier long-métrage en 1994, Personne ne m’aime, qui racontait l’odyssée un peu foutraque de deux copines à la dérive (Bulle Ogier et Bernadette Lafont), Vernoux a mis en place ce qui fait sa patte : des situations plutôt branques, un humour grinçant et de beaux personnages de femmes un peu fêlées, telles Valeria Bruni Tedeschi en chômeuse qui hante les supermarchés dans Rien à faire, ou Karin Viard et Hélène Fillières en malchanceuses compulsives dans Reines d’un jour. Son dernier film, À boire, avec Emmanuelle Béart, était une comédie noire au ton très décalé. Son échec a coûté cher à la cinéaste : neuf ans pour refaire un film. La voici de nouveau à l’affiche, avec Les Beaux Jours.

 

La suite dans Causette #36.

 

Et aussi :

- La beauté est dans la rue : "Le Joli Mai" (1963) de Chris Marker et Pierre Lhomme.

- Premières bouffées de liberté : "Ginger & Rosa" de Sally Potter.

- Dans le dressing de Paris Hilton : "The Bling Ring" de Sofia Coppola.

- A la mémoire d'Emili : "Shokuzai" de Kiyoshi Kurosawa.

- Roms, une traque sans fin : "Just the Wind" de Bence Fliegauf.

Publié le 28 Mai 2013
Auteur : Isabelle Motrot | Photo : Christophe Meireis
2300 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette