Corps et Ame Publié le 27 Mai 2013 par Dossier coordonné par Nathalie Gathié

Mythomanes : la vérité s'ils mentent ! Quels drôles d’oiseaux, ces mythos ! Haut perchés dans leurs vies rêvées, ils s’inventent des biographies « comme si »

blog post image

Quels drôles d’oiseaux, ces mythos ! Haut perchés dans leurs vies rêvées, ils s’inventent des biographies « comme si » et distillent des bobards gros comme ça. De la conjugaison, ces pipeauteurs invétérés ne connaissent qu’un temps, celui de la vérité recomposée. Ils dupent comme ils respirent. Pour enfumer les foules, pour les hypnotiser aussi, au gré des faits divers qu’ils tricotent et des fictions qu’ils inspirent. Mais si ces as de la mystification bluffent au point de croire à leurs boniments, c’est d’abord pour combler des failles narcissiques. Pour se délester d’un sentiment d’infériorité salement enkysté. À l’inverse des petits bras de l’illusion que nous sommes tous, eux n’ont jamais tourné la page du « il était une fois ». Leur existence est une fable. Magnifique ou tragique, c’est selon. Symptomatique de l’époque dans laquelle elle s’inscrit, c’est sûr. Quand le storytelling se substitue au message politique, quand les « guéanteries » succèdent aux « cahuzades », quand le « parler vrai » sonne faux, quand même les rabbins 1 mentent, il faut avoir l’éthique chevillée à l’âme pour ne pas céder à la vogue de l’entourloupe. Et puis mentir, c’est se faire la belle. S’imaginer des perspectives malgré le mur de la crise, s’extirper de l’insignifiance pour sacrifier au culte des apparences et s’octroyer son petit quart d’heure de gloire. Comme le déplore le psychanalyste Roland Gori 2, « les fausses valeurs aujourd’hui en vigueur invitent à l’imposture. [...] Lorsque la performance prime sur le sens, la frime sur le mérite, la réputation sur le travail et les avantages individuels sur l’intérêt général, le terreau est fertile pour les usurpateurs. » Il était un moi qui n’était pas moi…

 

- La mythomanie toute nue :

« Il est mytho, celui-là ! » Galvaudée, l’expression pourrait laisser croire que les mythomanes sont légion. Or, si les menteurs abondent, si les bricoleurs de vérité pullulent, les mythos « étymologiques », ceux atteints par la manie de se raconter des fables, sont rares. Et c’est tant mieux !

 

- Je suis malade, foi de mytho !

La pathomimie, également appelée syndrome de Münchhausen, c’est l’art de s’inventer des maux. Ce comportement
traduit un désordre de la personnalité et se caractérise par le besoin de simuler une maladie ou un traumatisme.

 

- Le nez de Pinocchio, Graal des traqueurs de mensonge

Cela fait un siècle que des chercheurs s’obstinent à inventer le détecteur de mensonge parfait… Avec toujours aussi peu de succès.

 

- Un détecteur, ça trompe énormément

Cela fait un siècle que des chercheurs s’obstinent à inventer le détecteur de mensonge parfait… Avec toujours aussi peu de succès.

 

- Serial mythos

Les mythomanes aiment les médias, qui le leur rendent bien. Retour sur trois trajectoires de menteurs de (très) haut vol qui ont défrayé la chronique… avant de l’effrayer.

 

- La vie rêvée des mômes

La vérité ne sort pas de la bouche des enfants et c’est tant mieux ! Jusqu’à l’âge dit « de raison », soit 7 ans et quelques balivernes, mentir aide à bien grandir. Ensuite, c’est une autre histoire.

 

- Livres : Minots mythos

 

La suite dans Causette #36.

Publié le 27 Mai 2013
Auteur : Dossier coordonné par Nathalie Gathié | Photo : Lorraine Duval pour Causette (Illustrations)
2080 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette