Vue du labo Publié le 25 Avril 2013 par Antonio Fischetti

Un réacteur dans mon lit

blog post image

De tous les tracas susceptibles de pourrir une vie de couple, le ronflement n’est pas le moindre. Heureusement, le calvaire des conjoint-e-s de ronfleurs n’a rien d’une fatalité.

C’est votre première nuit avec lui. Il est charmant, raffiné et, de surcroît, un magnifique amant. Vous vous endormez comblée. Et puis, boum, retour au réel. Dans son sommeil, le prince s’est métamorphosé. De la bouche qui vous faisait fondre quelques instants plus tôt déferle un rugissement porcin qui vous empêche de fermer l’oeil. Si ce scénario est décliné au féminin, ce n’est pas un hasard. Car, vous l’avez sûrement remarqué, les hommes ronflent plus que les femmes. Deux fois plus, grosso modo. D’après l’Institut du ronflement, « 63 % des hommes et 37 % des femmes entre 40 et 65 ans sont définis comme des ronfleurs épisodiques habituels 1 ». Mais si « les femmes sont protégées du ronflement par leurs hormones sexuelles, elles ronflent davantage après la ménopause », précise Marie-Françoise Vecchiérini, spécialiste du sommeil à l’Hôtel-Dieu, à Paris.

 

La suite dans Causette #35

Publié le 25 Avril 2013
Auteur : Antonio Fischetti | Photo : Elene Usdin / Distinctimage
2541 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette