Publié le 25 Mars 2013 par Agnès Giard

«Cette liberté qui nous lie entretient la flamme»

blog post image

« Mes amants réguliers sont autant de facettes de ma sexualité. […] Je leur voue un amour particulier, différent de celui que je porte à mon compagnon »

"Je suis étudiante en lettres, issue d’un couple bohème. J’ai reçu une éducation plutôt permissive. Ma mère me disait souvent : « Dans un couple, faut pas s’ennuyer... Fais-toi plaisir ! L’important, c’est de ne pas faire souffrir les autres. » Maintenant que je suis ses conseils, elle demande, complice mais inquiète : « Tu n’as pas peur qu’il trouve mieux ailleurs ? » La sexualité m’a très tôt fascinée. J’avais 12 ans quand nous avons eu Internet, et, à cet âge, les premières lettres que l’on tape dans un moteur de recherche sont souvent « S E X E ». Je me rappelle ces corps entremêlés dont la vision me glaçait et me brûlait à la fois. Un mélange de désir et de dégoût tout à fait singulier. Vers 14 ans, j’ai fait l’une des plus grandes découvertes de ma vie : le jet de la douche. « Alors, c’est ça », me suis-je dit après mon premier orgasme. Ma mère s’inquiétant de me voir prendre jusqu’à quatre douches par jour, j’attendais qu’elle parte faire les courses. D’aussi loin que je me souvienne, je n’ai jamais rêvé du prince charmant. Dans mes songes, je m’imaginais femme fatale, avec tous les hommes à mes pieds. Un dans chaque port, un pour chaque nuit..."

 

La suite dans Causette #34...

Publié le 25 Mars 2013
Auteur : Agnès Giard | Photo : Lukasz Wierzbowski
2448 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette