Publié le 25 Mars 2013 par Anne-Laure Pineau

Le grand plongeon d’Annie Edson Taylor Chutes du Niagara, Canada, 1901

blog post image

Cent onze ans avant le sauteur extrême autrichien Felix Baumgartner, le 24 octobre 1901, Annie Edson Taylor, une veuve de 63 ans avec chapeau et jupons, a elle aussi accompli un saut historique. Enfermée dans un tonneau, elle s’est jetée du haut des chutes du Niagara. Et, ô miracle, elle a survécu. Mais qui était donc cette cascadeuse de première ?

Annie Edson Taylor, surnommée pour la postérité « la Reine de la brume », avait une certaine prédilection pour jouer les têtes brûlées. Trop tôt orpheline, elle grandit dans un pensionnat et dévore des romans d’aventures. À 18 ans, elle se marie, tombe enceinte, perd son enfant puis son époux. Seule à 20 ans, sa vie est devant elle. Déterminée à concilier sa vocation d’enseignante et son âme de voyageuse, elle met les voiles. D’Albany (État de New York), elle arrive à Austin, dans le Texas. Le sang-froid d’une tête brûlée C’est là qu’elle connaît la peur, la vraie, pour la première fois. Dans une forêt, entre San Antonio et Austin, des voleurs prennent d’assaut sa diligence. Devant son refus de leur donner les 800 dollars cachés dans son manteau, les gangsters lui mettent un revolver sur la tempe. Elle leur répond : « Tirez ! De toute façon, je serai bientôt soit sans cervelle, soit sans argent. » Les voleurs, soufflés, décampent. Avec cette trempe à la John Wayne, Annie parcourt pendant près de quarante ans toute la côte Est du pays : elle donne des cours de français, de danse, de sport chez des particuliers, dans des institutions ou des écoles. Mais les années passant – et la forme physique avec –, les postulants se font rares. En 1900, elle a donc 62 ans, et plus un radis en poche. S’il faut se refaire, c’est maintenant ou jamais. Lorsqu’elle apprend que la Pan-American Exposition de Buffalo – sorte d’exposition universelle géante – se tient à 40 kilomètres des chutes du Niagara, elle décide d’y tenter sa chance. Lui vient alors cette idée folle et farfelue : « Passer les chutes du Niagara dans un tonneau 1. »

 

1. C’est ce qu’on peut lire dans le récit de ses aventures, Over the Falls. Annie Edson Taylor’s Story of Her Trip (How the Horseshoe Fall Was Conquered).

 

La suite dans Causette #34...

Publié le 25 Mars 2013
Auteur : Anne-Laure Pineau | Photo : Niagara Tourism & Convention Corporation
2943 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette