Reportages Publié le 25 Mars 2013 par Margot Loizillon (récit)

Au nom du père, du fils et de la misère Tourisme humanitaire en Haïti

blog post image

Chaque semaine, c’est le même rituel : une dizaine de fidèles américains déboulent à l’aéroport de Port-au-Prince pour sept jours de tourisme humanitaire. Chaque semaine, l’association chrétienne H ealing Haiti (« guérir H aïti ») les conduit à la rencontre d’orphelins, de malades et de vieillards. Les mêmes à chaque séjour. Dans leur sac, un descriptif chronométré de leur voyage : distribution d’eau dans les bidonvilles, de chewing-gums dans les écoles, de sourires et de prières… Le tout dopé à la barre céréalière, made in USA, bien entendu. Chaque semaine, ils sont une dizaine à repartir, affirmant avoir trouvé un sens à leur vie. Jeff Gacek, le fondateur de l’association, est sûr de lui : « Nous n’avons pas choisi Haïti... Dieu a choisi Haïti pour nous. » Causette, qui a bien des choses à se faire pardonner, a voulu faire, elle aussi, sa B. A . : elle a suivi pendant une semaine ces « guérisseurs » du monde.

Jour 1 -

Installation

Logée dans une pension à quelques kilomètres de l’aéroport, une petite équipe d’Américains tout droit venus du Minnesota s’apprête à passer une semaine au service de Dieu et des Haïtiens. Pour cela, ils ont déboursé 750 dollars (billet d’avion non compris), directement reversés à l’association Healing Haiti. Ils ont entre 15 et 60 ans et sont arrivés avec deux bagages chacun : un personnel et un rempli de cadeaux à distribuer. La plupart d’entre eux sont des fidèles d’Eagle Brook, une église protestante située dans la petite ville de White Bear Lake. S’il y a un petit air de colonie de vacances, Mary Ann, l’une des volontaires, ne perd pas le sens des priorités, ni celui de son voyage : « Je veux pouvoir mourir en ayant laissé une trace dans le monde. » God bless you !

 

Jour 2 -

Distribution d’eau dans les bidonvilles

Après quelques pancakes arrosés de sirop d’érable et un temps de prière, le petit groupe grimpe à bord d’un tap-tap – un taxi collectif – encadré par deux accompagnatrices américaines et d’une équipe haïtienne. Direction : le bidonville de Cité Soleil pour une distribution d’eau potable. On chante Amazing Grace ou God Is so Good dans les bouchons de la capitale.

 

La suite dans Causette #34...

Publié le 25 Mars 2013
Auteur : Margot Loizillon (récit) | Photo : Corentin Fohlen (photoreportage)
2945 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette