Dr Kpote Publié le 25 Février 2013 par Dr Kpote

Premiers frissons et peloteurs de première

blog post image

Au lycée, il y a toujours un couple officiel par classe. Autant enviés que les couples VIP sur papier glacé, ils éclaboussent de leur bonheur naissant tous ceux qui font encore l'amour buissonnier. La love story, avec ses premiers frissons et le dépucelage en trophée, c'est l'option que beaucoup d'ados aimeraient présenter au bac. Alors, en seconde, la compétition fait déjà rage entre ceux qui «maîtrisent» et profitent de mon passage pour réviser, ceux qui balbutient leurs sentiments et les recalés, sur liste d'at- tente, qui rongent leur frein.

En général, les couples en herbe se tiennent maladroitement les mains sous la table et imposent le silence aux autres. Ils sont dans l'attente de réponses concrètes parce que, là où les autres fantasment devant leur écran, eux, « ils l'ont fait ».

Quand j'aborde « la première fois », l'ensemble de la classe les dévisage. On peut lire alors de la fierté dans le roulement d'épaules du mâle et, par jeu de miroir, beaucoup de complicité et un peu de vénération dans le regard de la fille. Ils sourient malicieusement, se remémorant, sans doute, ce moment de fièvre, ces gestes maladroits qui les ont fait mûrir de dix ans. Souvent, les sourcils se froncent au sujet des préliminaires et du temps qu'on doit se donner pour mieux se découvrir, se préparer à la rencontre des corps. Alors que les uns pensent caresses, les autres miment avec leurs doigts le va-et-vient de la pénétration.
Là ou les romantiques, jugés trop serviles et qualifiés de « canards », imaginent une douce étreinte en se secouant le bas des reins, les plus pragmatiques invitent à « sucer » pour leur clouer le bec. Quand on définit les préliminaires, la classe fait toujours sécession.


La suite dans Causette #33...

Publié le 25 Février 2013
Auteur : Dr Kpote | Photo : MARTIN VAN DE GRIENDT/HH-REA
3183 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette