Publié le 31 Janvier 2013 par Anne-Laure Pineau

Hedy Lamarr : la bombe qui inventa la torpille radiocommandée

blog post image

Saviez-vous que la technologie à l'origine du Bluetooth, du GPS ou du Wi-Fi a été inventée par une star hollywoodienne des années 40 ? Hedy Lamarr, une Autrichienne au charme fou, mit en effet au point, en pleine guerre mondiale, le spread spectrum, une technique de communication permettant de diriger une torpille à distance. Comment « la plus belle femme du monde », qui ne récolta qu'indifférence et raillerie à l'époque de sa trouvaille, a-t-elle finalement changé nos vies ? La réponse n'est plus top secret.

Hedy Lamarr, inventrice oubliée, est née à Vienne, en Autriche, en 1914 sous le nom d'Hedwig Kiesler. Son père l'initie, dès son plus jeune âge, au fonctionnement des mécanismes, « des presses d'imprimeurs aux tramways », détaillera-t-elle dans son autobiographie, des années plus tard. Enfant gâtée, elle délaisse très vite les livres pour la comédie et aiguise son talent en autodidacte : « Je copiais ma mère, les passants, les serviteurs. J'étais un carnet de croquis sur pattes ! » À 16 ans, elle quitte l'école pour percer. Le metteur en scène Max Reinhardt lui donne une chance au théâtre. « Hedy Kiesler est la plus belle fille du monde », soutient-il devant la presse. Sa carrière prend un tournant en 1933, lorsque le réalisateur Gustav Machaty lui offre son premier grand rôle au cinéma dans Extase. Le film, jugé sulfureux, comporte des scènes de nudité (horreur !) et la première scène d'orgasme féminin de l'histoire (malheur !). Après ça, le nom d'Hedy est sur toutes les lèvres.
Quelques mois après Extase, elle épouse un armurier juif et fasciste, Friedrich Mandl. Alors qu'Hitler arrive au pouvoir, Mandl reçoit ses généraux, invite Mussolini à ses soirées... Pendant quatre ans, elle assiste aux mornes dîners, l'oreille alerte, laissant son mari la croire sotte. Sur cette période, elle raconta : « N'importe quelle fille peut être glamour. Tout ce qu'il convient de faire, c'est de rester immobile et d'avoir l'air bête ! »
Hedy rêve de cinéma. Mais le mari, irrité par l'image érotique qui colle désormais à la peau de son épouse, lui interdit de poursuivre sa carrière. La jeune femme tient à son indépendance : elle divorce et quitte l'Autriche en 1937, davantage pour fuir sa cage dorée que pour échapper aux amis nazis de son époux. Hedy Kiesler rejoint Londres, où elle rencontre Louis B. Mayer, le patron de la Metro Goldwin Mayer (MGM). Elle obtient du magnat de Hollywood un juteux contrat de sept ans et émigre aux États-Unis. Un rêve devient réalité.
À nouvelle vie, nouveau nom. Hedy choisit de s'appeler Lamarr (du nom de Barbara La Marr, star du cinéma muet). Sa beauté brune et son accent exotique en font vite la coqueluche de Hollywood. Elle tiendra l'affiche avec Clark Gable, Lana Turner, Judy Garland ou John Garfield.
Mais elle mène une double vie... Elle invente aussi des trucs ! Pendant de longues semaines, elle tente par exemple de réaliser une sorte de cube effervescent qui, plongé dans l'eau, transformerait le liquide en soda... « Ce fut un flop ! » en rira-t-elle des années après. Autre bide : le réceptacle à mouchoir usagé installé au dos des paquets...


La suite dans Causette #31...

Publié le 31 Janvier 2013
Auteur : Anne-Laure Pineau | Photo : Roger Viollet
3130 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette