Reportages Publié le 31 Janvier 2013 par Laure NOUALHAT

Éco-warriors : l’action directe au service de la Terre

blog post image

Sabotages, incendies, vandalisme, intimidations. Pour défendre leur cause, certains écolos embrassent l'illégalité. Ils sont souvent jeunes, arborent des bouilles angéliques et veulent encore faire fleurir les utopies dans ce siècle... Sauf qu'aujourd'hui ces virulents rêveurs sont traités, jugés et condamnés comme de vulgaires terroristes. À l'heure où les négociations climatiques de Doha, au Qatar, se sont soldées par un énorme flop et où les gouvernements se fichent royalement de l'urgence écologique, ils ont décidé d'agir. Et le paient au prix fort.

Si tout va bien, Marie Mason sortira de prison en 2031. Elle aura 69 ans. Sous ses airs tendres, cette mère de famille, musicienne, poète et amoureuse des jardins, est une féroce militante anti-OGM. En 2009, elle a été condamnée à vingt-deux ans de prison pour avoir saccagé les bureaux d'un labo de génie génétique en 1999 et endommagé, un an plus tard, des engins forestiers. Total des opérations : 4 millions de dollars de dégâts. À ce jour, Marie est la militante écolo la plus lourdement condamnée aux États-Unis pour des actes de vandalisme, mais elle n'est pas la seule.
Daniel McGowan a écopé de sept ans de prison pour avoir cramé une pépinière transgénique. Son compagnon d'armes, Bill Rodgers, qui avait incendié un centre de recherche dans l'État de Washington, a préféré « s'évader », selon ses propres termes, en s'étouffant avec un sac plastique. Il est mort le poing serré et le majeur dressé. Quant à Eric McDavid, anar végétalien de 35 ans, il devra passer vingt ans derrière les barreaux pour avoir seulement fomenté - oui, vous avez bien lu ! - la destruction d'une nursery piscicole !
Jeff Luers, lui, est sorti en 2009 après huit ans d'emprisonnement. Son crime ? Avoir fait un feu de joie avec trois SUV (Sport Utility Vehicle, véhicule 4 x 4 très polluant. Selon les modèles, il peut consommer jusqu'à 20 litres aux 100 kilomètres) sur le parking d'un concessionnaire de l'Oregon, en juin 2001. Avant d'incendier des bagnoles polluantes, Jeff était un écolo comme les autres, battant le pavé lors de manifs. Au fil des rencontres, il est allé un peu plus loin, occupant une forêt destinée à être rasée, s'enchaînant à des bulldozers ou bloquant des routes. Il a aussi pratiqué un lobbying tout ce qu'il y a de plus policé, au sein du Congrès, contre l'industrie forestière. Sur le parking, Jeff savait très bien qu'il franchissait une ligne jaune. « Après des années de mobilisation, je voulais devenir un guérillero de la cause, entrer en clandestinité et me destiner à des actions radicales. Les SUV, ce n'était que le début. »

 

La suite dans Causette #31...

Publié le 31 Janvier 2013
Auteur : Laure NOUALHAT | Photo : Marielsa NIELS pour Causette
2088 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette