Culture Publié le 08 Janvier 2013 par Isabelle Motrot

Clotilde Hesme, l'intraitable

blog post image

Lumière ! C'est le mot qui vient à l'esprit quand Clotilde Hesme vous dit bonjour. On ne sait pas si la lumière vient de son sourire franc ou de ses yeux verts, très ouverts, qui fixent avec passion tout ce qu'elle regarde. Ou alors c'est sa peau, claire sous les mèches sombres. Elle parle avec une volubilité pleine de rires et de silences. Ses sourcils se froncent lorsqu'elle cherche le mot juste, comme un artisan choisit le bon outil. Une artisane, c'est ainsi qu'elle se définit en tant que comédienne. On s'aperçoit peu à peu que, derrière cette présence radieuse, se tient une femme décidée, solide, qui aime se frotter à la réalité de ses rôles.

Dans "Angèle et Tony", d'Alix Delaporte, elle incarnait une femme brutale et écorchée, au cœur tendre, mais bien caché. Dans Trois Mondes, son rôle est tout différent. Juliette, une jolie et candide bobo, est la seule témoin d'un accident de la route ; le chauffard s'est enfui. Elle parvient à le retrouver et le pousse à se dénoncer, sans réfléchir aux conséquences. « Catherine Corsini, la réalisatrice, m'a dit : "Juliette, c'est ma bonne conscience de gauche!" C'était une indication très personnelle, mais je l'ai quand même jouée comme moi je la sentais. J'aime bien m'approprier les personnages. » Se remémorant aussi le tournage d'Angèle et Tony, elle ajoute : « Alix Delaporte était très directive au début, elle me disait: "Angèle ne ferait pas ci, Angèle serait comme ça..." Je lui ai répondu: "Ton Angèle, elle n'existe pas, Angèle, c'est moi." C'est la même chose pour Juliette. Le personnage n'existe que sur le papier, s'il s'incarne, c'est à travers mon corps et mes émotions, donc c'est moi. » Elle dit ça dans un sourire, mais on sent bien qu'elle est inébranlable. Elle tire cette assurance du théâtre. « Sur les planches, c'est très physique. Au théâtre, je fais mon métier comme je l'aime, c'est-à-dire comme un artisan. Tous les jours au travail. Et je me sers beaucoup des costumes, des accessoires, pour montrer l'intériorité des personnages. Je ne suis pas comme certains acteurs qui disent : "Moi, je mets mes tripes sur la table." Je ne veux pas les voir ces tripes ! Ça me dégoûte ! » Dans "Trois Mondes", Clotilde a apporté un sacré changement physique au personnage de Juliette: elle était enceinte au moment du tournage.

 

... La suite dans Causette #30

Publié le 08 Janvier 2013
Auteur : Isabelle Motrot | Photo : Marion Gambin pour causette
1839 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette