Reportages Publié le 08 Janvier 2013 par Johanna Luyssen & Leïla Miñano

Derry, Irlande du Nord Ces chasseurs de dealers qui menacent la paix

blog post image

À Derry, une milice républicaine antidrogue traque les dealers, leur casse les genoux, les menace de mort, les pousse à l'exil. Et, depuis quelques mois, cette « Nouvelle IRA » s'attaque aussi aux autorités britanniques : policiers, gardiens de prison, juges. Avec des exécutions à la clé et un regain sporadique de violence dans cette région, censée être en paix depuis quatorze ans. Qui sont ces nationalistes qui terrorisent la ville et réclament l'indépendance totale de l'Irlande ? Causette les a rencontrés et a recueilli les revendications de ces hommes prêts à mettre la paix en danger.

Un jeudi glacial d'octobre à Derry, Irlande du Nord. Il est 20 heures quand une berline s'arrête à notre niveau. « Montez ! » Nous sommes en route pour photographier des hommes de la Nouvelle IRA, ex-Raad (Republican Action Against Drugs), cette milice républicaine antidrogue très active en Irlande du Nord. Il aura fallu pas mal de négociations et quelques rendez-vous manqués pour accéder à ces hommes. La voiture roule lentement, s'arrête enfin. Nous descendons. Cigarette dans la brume. Soudain, notre guide reçoit un appel, parle en gaélique puis nous lance, en anglais : « C'est pas ici. On va reprendre la voiture. » La berline tourne et tourne encore, à une allure d'escargot, pendant de longues minutes, pour parcourir... 500 mètres environ. Enfin, elle se gare. L'obscurité est totale. Nous descendons près d'un bâtiment devant lequel attendent, fébriles, deux hommes. Ils gigotent, debout, dans le froid, sans dire un mot, ne nous saluent pas, ne nous touchent pas, de peur de laisser leurs empreintes. Pas question de prendre une photo avec flash: tout se passe dans le noir. « C'est important que le Raad parle aux médias », commente, satisfait, notre guide (même si, à ce moment précis, ils ne sont pas particulièrement bavards !). Cinq minutes plus tard, la photo prise, sans un mot, ils filent dans la nuit.
Depuis trois ans, le Raad - qui s'est fondu, cet été, dans la Nouvelle IRA, une organisation qui regroupe plusieurs groupes terroristes - rend la justice à Derry. Sa cible favorite: les trafiquants de drogue. Cette milice nationaliste a décidé de s'attaque au « problème » en le taclant à la source : les dealers eux-mêmes. Et, paradoxe ultime, il y a même des trafiquants à Derry pour approuver leur action...

 

Le dealer repenti

 

À l'étage d'un joli immeuble du centre-ville, Christopher, yeux bleu pâle et une cicatrice qui lui mange le visage, débite son histoire. Cet homme de 34 ans - dont dix-neuf passés à se droguer - vit depuis quelques semaines dans la clandestinité. Après un emprisonnement d'un an pour trafic de cocaïne, il est menacé de mort par le Raad. Alors Christopher se cache, out en négociant, via des intermédiaires, pour lever la menace qui pèse sur lui. Il change d'endroit tous les jours, ne conduit pas de voiture, ne travaille pas et ne peut voir ni sa famille ni sa petite amie. Après notre entretien, il part téléphoner à son fils de 15 ans. C'est son seul contact avec lui...
Il n'en veut même pas au Raad de lui offrir sur un plateau cette vie clandestine ; il estime avoir mérité son sort. Christopher est un repenti de la drogue, un born again de la coke. Il culpabilise ! «Mon cas était authentique, je dealais. J'avais une vie facile, je changeais de voiture tous les deux mois, je conduisais des Mazda, des BMW. J'ai honte de ce que j'ai fait, j'ai brisé la vie de mes proches. Je comprends ma punition, je l'ai méritée. »

 

... La suite dans Causette #30

Publié le 08 Janvier 2013
Auteur : Johanna Luyssen & Leïla Miñano | Photo : Philippe Grollier/Tempsmachine pour Causette
1966 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette