Publié le 26 Octobre 2012 par Agnès Giard

Amandine : "Ni hétéro ni lesbienne, je suis juste amoureuse d'une personne "

blog post image

« Je m'appelle Amandine, j'ai 37 ans et je n'ai pas d'enfants. Mes grands-parents maternels, des gens très modestes, vivaient dans la peur de déranger : il ne fallait pas faire de vagues. Ma mère, elle-même, était si discrète que je n'ai, au fond, jamais très bien compris pourquoi elle m'avait eue. Elle a épousé mon père par convenance, je crois. Ils se fréquentaient. Alors, ils se sont mariés et puis, bah ! je suis arrivée. Quand j'avais 2 ou 3 ans, ils ont divorcé... voilà tout.
Élevée par ma mère, j'ai grandi dans cette ambiance de pudeur, voire de non-dit : on ne parlait pas de « ça ». Ma sexualité a donc été d'abord très « classique », parce que j'ai suivi le parcours obligé : on sort avec des garçons, on couche à 15 ans, sinon les autres filles ne nous considèrent pas comme une femme, mais on n'en montre pas trop aux garçons, sous peine de passer pour une salope. Je n'imaginais pas que la sexualité était une question d'épanouissement personnel.
J'ai beau fouiller dans ma tête, je n'ai AUCUN souvenir de plaisir avec un garçon, avec son sexe. J'avais des orgasmes clitoridiens, parce que je me touchais en même temps. Mais quand les garçons me caressaient, me léchaient ou me pénétraient, je ne jouissais pas. Il y avait bien une sorte d'émotion qui montait, mais jamais au-delà. Malgré tout attirée par le sexe, je continuais à coucher avec des garçons, jusqu'au jour où...

 

... La suite dans Causette #29

Publié le 26 Octobre 2012
Auteur : Agnès Giard | Photo : Torbjorn Rodland
4954 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette