Coup de projo Publié le 26 Octobre 2012 par Causette

Le viol, un crime acceptable ?!

blog post image

Non, mais c’est quoi ce délire?! Vous n’avez pas l’impression, vous, qu’un vilain nuage flotte au-dessus de nous, les femmes, et qu’il se nourrit comme un glouton de nos manquements élémentaires ? Quoi, qu’a-t-on encore à se plaindre, hein ?

Je vais vous le dire, ce qu'il y a. Il y a qu'on est en train de se prendre une sacrée saucée dans la face. Ça s'appelle la banalisation du viol. J'ai entendu des mecs dire que certaines filles adorent se faire prendre par devant, par derrière, par quinze mecs, et dans une cave. «Franche- ment, qui est consentante pour se faire passer dessus par vingt types ? Comment on peut dire ça ? » a demandé Nina, la victime du procès de Créteil. Ben ouais ! moi perso, je n'en connais pas, ou alors dans des endroits réservés pour. Mais c'est comme ça dans les pornos que les mômes ingurgitent dès le CM2, c'est donc que ça doit être comme ça dans la vraie vie !
La preuve, quand ils font tourner les nanas, vous savez les filles comme Nina, par exemple, qu'ils décrivent comme une « mytho », une « pute », qui participait par « plaisir », qui « aimait le sexe »... Eh bien ! ces filles, elles ne se défendent pas. Elles ne crient pas, elles ne mordent pas, elles ne portent même pas plainte. Et, quand elles le font, la vache ce qu'elles se ramassent !
Je ne vais pas commenter ici le verdict de Créteil: je n'étais pas au procès et tout s'est passé à huis clos. Mais voilà ce qui me met hors de moi: combien de temps s'est-il passé entre le moment où Nina a porté plainte et le moment du procès ? Sept ans ! Alors quoi, après tant de temps, les gens sont plus indulgents avec les accusés, ils se disent : « Mais il faut comprendre, ils étaient mineurs au moment des faits, ils ont fait leur vie, sont devenus de bons pères de famille...» Des histoires comme ça, j'en ai à la pelle. Tu veux que je te raconte ? Ah, et puis, j'y pense, il y a aussi ce mot : « tournante ». C'est la tournante ! On dirait une chanson de Patrick Sébastien. Faites tourner les meufs comme des serviettes! Quel joli mot c'est devenu, et les médias l'utilisent tranquillou, et tout le monde le reprend, comme si ça ne s'appelait pas un viol collectif !

 


... La suite dans Causette #29

Publié le 26 Octobre 2012
Auteur : Causette | Photo : Julie de Waroquier
5801 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette