Publié le 26 Septembre 2012 par Agnès Giard

Laetitia : "J'évite les relations où l'on cède pour faire plaisir"

blog post image

Je m'appelle Laetitia, j'ai 32 ans et je vis à Nice. Je suis enseignante, engagée à gauche et dans l'écologie. Je voudrais témoigner de ma difficulté à respecter mon propre désir face à celui de l'autre, mais aussi de la pression que j'ai pu ressentir de la part des garçons dans les relations sexuelles. Même ceux qui se pensent féministes peuvent nous imposer leurs désirs, sans s'en rendre compte...

Enfant, j'ai grandi dans un petit village de Charente. Mon grand-père paternel, instituteur, était incapable de faire quoi que ce soit de ses mains et c'est ma grand-mère qui s'occupait de tout. Mes parents, en­seignants, ont divorcé quand j'avais 20 ans. Mon père a ensuite eu plusieurs compagnes. Ma mère a toujours vécu seule, comme moi. D'elle, je pense avoir reçu une sorte de pruderie romantique qui m'a longtemps collé à la peau.
Adolescente, j'éprouvais des passions ardentes, dans lesquelles l'imaginaire occupait une place considérable. Mon premier amour était un correspondant allemand. J'ai attendu pendant un an qu'il vienne en France et alors je l'ai... embrassé. À 17 ans, par défi, j'ai dragué un beau garçon de 23 ans qui jouait dans un orchestre. Je voulais me prouver que je pouvais l'avoir. J'étais impatiente d'apprendre la sexualité même si, au début, cela faisait mal quand il essayait de me pénétrer ; j'étais fière d'apprendre et de me sentir « initiée ». Après cette relation éclair (quatre mois), il y a eu d'autres garçons, puis une passion très profonde à 20 ans, qui a mal tourné. J'ai connu ensuite une grande période de solitude.

 

... La suite dans Causette #28

Publié le 26 Septembre 2012
Auteur : Agnès Giard | Photo : Julia Fullerton-Batten
2843 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette