Publié le 31 Mai 2012 par Bridget Kyoto

C''est ceux qui en parlent le plus qui en font le moins

blog post image

Bridget est une écolo comme vous n'en avez jamais vu : drôle, punk, féminine... Désespérée par l'aveuglement de notre "civilisation" face à son naufrage, elle a décidé que, puisque personne n'est sérieux avec l'écologie, elle ne se gênerait pas. Bridget nous prodigue donc ses conseils "survivalistes" pour mieux "profiter" de la fin du monde.

Des études le prouvent : les grandes conférences écologiques internationales n'aident pas l'écologie. On pollue pour y aller, on pollue pour en revenir et, entre les deux, on a émis plein de CO2 en papotant. Prenez le prochain Sommet de la Terre, qui va se dérouler du 20 au 22 juin dans la bouillonnante Rio de Janeiro en compagnie de 50 000 personnes. C'est le quatrième sommet du genre en quarante ans.


Et que s'est-il passé en quarante ans ? Oh, pas grand-chose : la population mondiale a presque doublé pour dépasser les 7 milliards d'individus et les émissions de CO2 ont atteint des sommets en 2010 avec 9,1 milliards de tonnes larguées dans l'atmosphère ! La biodiversité s'est effondrée comme une vieille tour de banlieue et l'ONG WWF vient de nous annoncer qu'en 2030, il nous faudra deux planètes pour répondre aux besoins humains. L'humanité avance comme un bulldozer fou.


Il n'empêche : des milliers d'experts persistent à prendre l'avion pour siroter des caïpirinhas pas bio en promettant de tout changer. Sauf que, cette année, la délégation du Parlement européen boycotte la conférence. Marre de brasser du vent ? Non, c'est juste que le prix des hôtels cinq-étoiles à Rio a explosé (791 euros la chambre simple) comme le taux de césium 137 dans la baie de Tokyo, alors autant rester chez soi.


Le plus fendard dans tout ça, c'est qu'on sait déjà tout, il suffit de savoir lire ! Lors du premier Sommet de la Terre, à Stockholm en 1972, le rapport du scientifique américain Dennis Meadows, Les limites à la croissance, indiquait qu'une consommation excessive des ressources naturelles pouvait entraîner « une crise économique durable ». Quel génie ! « La croissance économique s'arrêtera faute de matières premières, disait Meadows. La population diminuera faute de nourriture. » Sauf si on se met à se bouffer entre nous.


Alors, mon conseil : comme il n'y a pas de plan B, ni de planète de rechange, je conseille à tout le monde d'apprendre à lire. À celles qui veulent aller plus loin, je suggère de filer fissa chez le gynéco pour une petite obturation des trompes. Et si, vraiment, vous voulez des enfants, inscrivez-les à des colos de survie. On y apprend le tir à l'arc, la lecture des boussoles et... la recette de la caïpirinha bio. Santé !

 

Chaque semaine, retrouvez un nouvel épisode de « La minute nécessaire de Bridget Kyoto » sur www.causette.fr et sur www.facebook.com/Causette

 

Publié le 31 Mai 2012
Auteur : Bridget Kyoto
3338 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette