Culture Publié le 03 Mai 2012 par Johanna LUYSSEN & Liliane ROUDIÈRE

Ridan : beur, blanc, rouge

blog post image

Bonnet phrygien vissé sur la tête, Ridan n’hésite pas, dans son nouvel album, “Madame la République”, à dénoncer la France des fachos et à défendre “sa” République, celle de la tolérance. S’il sort son disque juste avant le premier tour de la présidentielle, et à un prix “citoyen”, c’est bien sûr fait exprès !

Ce qui est convaincant chez le chanteur Ridan, c'est l'alliance parfaite entre la voix - chaude - et la mélodie -entêtante. Depuis son premier album, Le Rêve ou la Vie, sorti en 2004, il construit, pas à pas, sa carrière de chanteur à la Brassens, avec des ritournelles simples et belles, des chansons réalistes sans prétention, ou plutôt non prétentieuses. Son dernier album, Madame la République, sorti volontairement juste avant le premier tour de l'élection présidentielle à prix « citoyen » (8,99 euros), est encore plus politisé : il y parle essentiellement du « vivre ensemble », de la peur de l'Autre (la chanson Un étrange étranger), ou encore des patrons-voyous (Ali Baba et les 40 Valeurs). C'est un coup de gueule en quatorze chansons contre le traitement fait aux « minorités » : il y passe au lance-flammes la France des fachos, tout en précisant : « La France n'est pas un pays raciste, il est temps que les racistes le sachent. » Bref, il veut défendre bec et ongles « sa » République, qu'il veut ouverte et tolérante. Une sorte de profession de foi anti-Marine Le Pen, parce qu'il défend la liberté d'expression. Seulement, « à chaque meeting du FN, on peut se demander si l'on est dans le cadre de la loi ».


... la suite dans Causette #25...

Publié le 03 Mai 2012
Auteur : Johanna LUYSSEN & Liliane ROUDIÈRE | Photo : Aldo SPERBER pour Causette
2266 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette