Culture Publié le 29 Mars 2012 par Isabelle Motrot

Anne Alvaro Une "grande discrète"

blog post image

Rendez-vous avec une actrice dont le nom n'évoque a priori pas grand-chose : "Anne Alvaro ? Connais pas !" Et puis on montre une photo : "Ah ! c'est elle ! Je l'adore !" Nous aussi. Ça tombe bien.

 

 

Au moment de l'interview, Anne Alvaro est en tournée avec la pièce Le suicidé, de Nicolaï Erdman. Lorsque nous la rencontrons, son entourage nous dit qu'elle est très fatiguée. Pourtant, elle nous accueille en souriant, ce beau sourire doux et grave, comme sa voix. Elle se pose, tranquille, sirote un verre, gracieuse et attentive. Dans ce bar d'hôtel où nous ne sommes pas seules, on dirait qu'un halo de silence flotte autour d'elle, dans lequel on peut s'installer pour parler sans stress. Nous évoquons l'hommage que va lui rendre le Festival du film de femmes de Créteil, elle en pétille de plaisir... et de trac : « Je suis très flattée par cette invitation. J'y suis déjà allée et j'avais trouvé l'atmosphère extraordinaire, cette assemblée de femmes au taquet, c'était très chaleureux, il s'en dégageait une incroyable énergie. »

Cependant, Anne Alvaro n'est pas militante. Tout comme elle est discrète sur ses choix politiques, elle ne s'inscrit pas dans un mouvement féministe précis. « Non, je ne milite pas, mais je suis féministe au quotidien : il m'est arrivé de refuser quelques rôles, par rapport aux relations empreintes de misogynie que je sentais du côté de l'auteur ou du metteur en scène. Je n'ai pas envie de servir ce genre de discours. »

 

 

... lire la suite dans Causette #23...

Publié le 29 Mars 2012
Auteur : Isabelle Motrot | Photo : Aldo Sperber pour Causette
2555 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette