Au lance-flammes Publié le 29 Mars 2012 par Causette

Un mois dans la vie de Cauet

blog post image

J'aimerais que Sébastien Cauet se taise. Qu'il quitte NRJ et le paysage médiatique. Qu'il cesse de polluer les ondes et les esprits, de surcharger les mentalités - entre autres méfaits - de clichés sexistes et dégradants. Qu'il réalise, maintenant qu'il va être adulte (40 ans le 28 avril, quand même !), qu'il ne fait qu'abrutir les masses 1, avilir son public et ses collaborateurs.

Sa carrière radiophonique est fondée sur une imposture, de son propre aveu : il a pris l'antenne dès 13 ans, parce qu'« on peut faire croire qu'on est grand, beau... Quand on est au micro, on est vraiment le king. » Mais il n'est rien de tout ça. Seulement un frustré égomaniaque qui ne trouve d'exutoire à sa médiocrité que dans l'humiliation des autres. Vous allez comprendre, chères lectrices...

25 janvier 2012 : une auditrice lui explique qu'elle est excitée lorsqu'elle a ses règles. Émoi dans le studio. Cauet : « Moi, j'aime quand c'est nickel, quand c'est propre, quand ça sent très bon, quand y'a pas un poil et là, d'un seul coup, il y a une hémorragie interne, je peux pas y aller, j'ai pas fait Urgences ! [...] Si, c'est sale d'avoir ses règles, c'est du sang, c'est super rouge, qui vient de ton truc qui s'est décroché, là, je sais plus comment ça s'appelle [couche superficielle de l'endomètre ou muqueuse utérine, ndlr]... Franchement, si, c'est dégueulasse, si, [...] y'a des morceaux ! »

10 février : Marion et Julie, ses coanimatrices (voir « Le blues des potiches de la bande FM », Causette #15) sont forcées à faire une fellation à des bananes, avant que Marion, poursuivie dans le studio, ne soit coincée et bifflée. Le mot biffle, pour les naïves, est un gracieux néologisme signifiant « mettre une gifle avec la bite ». Je sais, je sais, vous venez de comprendre que les princes et les princesses, c'était du bidon.

24 février : les deux animatrices doivent répondre à un quiz. Celle qui perd doit accepter de se faire coller des poils pubiens avec de la colle UHU sur le menton. 

C'est leur gagne-pain, elles n'ont pas le droit de dire non, c'est ça ? Et le client est roi, n'est-ce pas ?

Ce qui justifie probablement (un dernier, pour la route !) de forcer Marion, sa subalterne, à boire cul sec plusieurs verres d'alcool pur, en direct, « pour que mon auditeur, Michel, puisse [te] niquer tranquille ce soir » (20 janvier). Extraits :

Marion : « Cauet, je te jure j'en peux plus, je vais vomir. »

Cauet : « Tu peux me dire je vais vomir, je vais chier dans mon ben, j'm'en fous moi ! »

Marion : « Pourquoi tu fais ça ? J'peux pas j'te jure. »

Cauet : « Marion, c'est de la Mirabelle, ça fait 52 ° [...] et Michel avec son Passoa, il va te sauter, lalala... » Bien entendu, Marion finit par vomir.

Animateur, producteur... à la télé, à la radio, aux deux en même temps, aujourd'hui sur scène, il est partout, sait toujours où se situe son audience, son audimat, son taux de marge, son public : « Historiquement, c'est vrai que j'ai toujours eu plus d'auditeurs que d'auditrices, parce que je pense que l'humour, dès qu'il va loin, n'est pas quelque chose de féminin. » 2 Ça doit être ça.

CAUSETTE

 

1. En 2005, il est élu animateur préféré des moins de 35 ans (Ipsos/Télé 7 Jours).
2. Sébastien Cauet, Le Côté obscur de la farce, Véronique Richebois. Éditions du Moment.

 

 

 

Publié le 29 Mars 2012
Auteur : Causette | Photo : Illustration : Morpheen
7136 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette