Les gens Publié le 24 Janvier 2012 par Antonio FISCHETTI

La fesse cachée de l’hôpital

blog post image

A l’heure du déjeuner, que font les médecins hospitaliers ? ils se livrent à d’étranges rituels plus ou moins grivois dans le décor pornographique des salles de garde. Ces lieux, qui font office de réfectoire, sont le siège de traditions séculaires. leurs défenseurs affirment qu’elles ont une fonction essentielle dans la pratique médicale. mais les salles de garde sont menacées de disparition. leurs portes se sont exceptionnellement ouvertes pour Causette.

 

 

Quand on est à l’hosto, on n’imagine pas le toubib en train de chanter La Grosse Bite à Dudule devant des fresques pornos, tout en montrant son cul à ses collègues. C’est pourtant ce qu’il fait chaque midi, ou presque. Mais rassurez-vous, le boulot n’en pâtit pas. Bien au contraire. Se défouler en salle de garde est «le moyen de ne pas péter les plombs » pour de nombreux médecins.

 

La « salle de garde », c’est tout simplement la cantine des internes. Certaines sont très actives, d’autres en sommeil ou désaffectées, mais elles existent dans la plupart des hôpitaux parisiens et dans quelques hôpitaux de province.

 

Parce qu’il est indispensable d’en connaître les rituels avant d’y entrer, l’interne qui nous a invités nous briefe. D’abord, le vocabulaire. Les « fossiles » sont les médecins, quel que soit leur âge, ayant terminé l’internat. Les invités, dont nous sommes, ont le statut de « parasites ». C’est agréable. Surtout ce monde règne un maître de cérémonie, homme ou femme, appelé « économe ». Généralement assis sur un trône, l’économe anime le repas tout en veillant au respect des rituels. Il est assisté par des adjoints qui, selon leur sexe, seront « économinette » ou « économinou ».

 

 

... la suite dans Causette #21...

 

 

Publié le 24 Janvier 2012
Auteur : Antonio FISCHETTI | Photo : Christophe MEIREIS
16167 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette