Culture Publié le 24 Janvier 2012 par Johanna LUYSSEN & Liliane ROUDIERE

Marcel et son orchestre font leurs derniers pogos!

blog post image

Marcel et son orchestre, c’est fini ! Le groupe de ska-moules-frites déjanté sort son dernier album et entame sa dernière tournée. Nous les avons retrouvés chez eux, à Lille, devant du « potje vleesch » et de la bière. On a trinqué, un peu émus, à l’histoire un peu breloque d’un orchestre rock burlesque qui nous a fait bouger les fesses pendant plus de vingt ans... « Aux vingt ans de nos quarante ans », ont-ils plaisanté. Un calembour par phrase, un rire franc par-dessus et on peut reprendre la conversation. Ce sera le tempo de l’interview, dont on ressortira les zygomatiques endoloris et le cœur en fusion.

 

 

Marcel, c’est deux décennies de rock-ska-fanfare un peu baltringue, avec costumes, maquillages, cuivres, pogos et farandoles. C’est aussi vingt ans de concerts dans toute la France, entre quatre-vingts et cent trente par an, dix albums, des live, un DVD, et toutes ces nuits à dormir dans le camion. Vingt ans de rock’n’roll quoi, esprit compris. C’est rare, une telle longévité pour un groupe et, pourtant, Les Marcel – comme on les appelle – ont décidé de raccrocher les crampons.

 

Pourquoi s’arrêter? «Le terrain de jeu dans lequel on évolue depuis le début n’existe plus. La visibilité devient impossible, sous réserve de galipettes que nous refusons de faire », explique Franck, le chanteur, leader – «Ah, non! Je suis pas leader, je suis Lidl. Un leader à pas cher ! » corrige-t-il – et sur- tout le plus bavard du groupe! Rester visible devient impossible si on ne met pas énormément d’argent dans la promo. La promo gratuite, ils veulent bien en faire, mais point trop ne faut exagérer : on leur propose de passer chez Cauet ? Ce sera niet. Hilares, ils se justifient: «Ben, c’était une émissionsur l’excentricité, on n’est pas excentriques tout de même ! » Mais non, voyons! «L’industrie musicale ne s’intéresse plus qu’à ce qui pourrait faire du clic sur Internet pour vendre sa pub. Les albums ne se vendent plus. Regardez, tous les chanteurs sont sur la route, la plupart en tournée acoustique pour compenser financièrement par la scène le manque à gagner du disque. Du coup, les programmateurs de salles te proposent des clopinettes.» Et sur la route, les Marcel, c’est – au minimum – une dizaine de personnes (ils sont sept sur scène), du matériel, des costumes entassés dans un camion, où les couchettes font souvent défaut. C’est sûr que vingt ans de camion, ça use, ça use.

 

 

... la suite dans Causette #21...

 

 

Publié le 24 Janvier 2012
Auteur : Johanna LUYSSEN & Liliane ROUDIERE | Photo : Arnaud CALAIS pour Causette
3423 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette