Corps et Ame Publié le 03 Janvier 2012 par Liliane ROUDIERE, Antonio FISCHETTI, Élodie MIELC ZERECK

Les Waters selon Causette

blog post image

Petite Sociologie des toilettes.

Caca boudin, ou le jeu de mots originel

Les pictogrammes en sept leçons

Trop de queue chez les filles

Un bel "organe"

Boulot de chiottes

Tout est histoire de fèces. « Comment allez-vous ? » signifie à l’origine « comment allez-vous à la selle ? » Car, quand le caca va, tout va. Oui, mais où ? Au début, dans un coin de la caverne, puis dans la rue, sous sa robe (surtout à la cour du roi), dans un pot qu’on jette par la fenêtre (le contenu, pas le pot), dans une cabane au fond du jardin (chère à Francis Cabrel) et, enfin, chez soi, au chaud, dans des toilettes ! Notons que le papier s’est, lui aussi, bien arrangé : après s’être essuyé avec du silex, du sable, des torchons, des feuilles de châtaignier, du papier journal, on utilise à présent du bon papier doux, triple épaisseur, qui comble de joie notre fondement. On s’assoit, pépère, on bouquine, on fume en cachette, on téléphone, on pleure. Bref, on fait ce qu’on a à y faire mais SEUL, enfin seul. Personne ne peut plus nous emmerder. Hélas, on estime que 40 % de la population mondiale ne bénéficie pas encore du confort de ces toilettes individuelles. Ce qui ajoute un souci aux problèmes de santé publique. Et de dignité. Oui, la dignité passe par les waterclosets ! Et comment ! Et que la France ne se la pète pas trop. En 2008, pour la première fois, l’État a été condamné à verser 3 000 euros à un détenu de Rouen pour lui avoir fait subir des conditions de détention dégradantes. D’autres détenus ont suivi. Avec succès. Au coeur des plaintes : les chiottes. Pas d’intimité, pas d’hygiène, pas même de rabat sur la cuvette. Ne restent que le bruit et l’odeur. À l’inverse, les Japonais ont la palme de la propreté, avec leurs toilettes à jets qui surgissent de la cuvette et vous nettoient le schtroumpf tout en délicatesse, sur fond de valses de Vienne. Comptons sur le progrès, sur l’intelligence du cerveau de l’homme : les toilettes du futur seront silencieuses et fleureront la rose. Mais jamais ne s’éteindra ce cri du coeur : « C’est qui qui a pissé sur la cuvette ? Tu pouvais pas relever la lunette ? »

 

 

... la suite dans Causette #20...

Publié le 03 Janvier 2012
Auteur : Liliane ROUDIERE, Antonio FISCHETTI, Élodie MIELC ZERECK | Photo : Christophe MEIREIS
3565 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette