Grand Reportage Publié le 30 Novembre 2011 par Anaïs COIGNAC

Le Haut-Karabakh Pays fantôme à balles réelles

blog post image

Voilà vingt ans que les Arméniens du Haut-Karabakh ont déclaré leur indépendance. Pourtant, ils vivent dans un État « fantôme », puisque leur pays n’existe pas aux yeux du monde. Une situation ubuesque. Quelque part entre la paix et la guerre avec l’Azerbaïdjan, le Haut-Karabakh vivote sous perfusion de l’Arménie. Ses 140 000 habitants continuent de croire à la liberté avec une foi intacte et un patriotisme à déplacer des montagnes.

Le 2 septembre dernier, la République du Haut-Karabakh a fêté les vingt ans de son indépendance autoproclamée, déclarée à la faveur de l’éclatement du bloc soviétique en 1991. Sur les places et les routes principales, les travailleurs en blouse orange avaient taillé les buissons et dépoussiéré les routes crevassées. D’immenses affiches et banderoles patriotiques avaient été placardées dans les rues. Et le drapeau du Haut-Karabakh caressait celui de l’Arménie à chaque réverbère. Quasi semblables, les deux étendards tricolores (rouge, bleu, ocre) ne se distinguent que par un seul élément : celui du Haut-Karabakh est barré d’un chevron blanc, symbolisant la séparation du peuple arménien en deux. « Une âme en deux corps », résumait Arthur Mkrtchian, qui fut le premier président de la République du Haut-Karabakh. République qui n’a jamais été reconnue par la communauté internationale. Et l’Azerbaïdjan la lorgne avec toujours autant d’appétit. Pour lutter contre la peur de disparaître, les habitants construisent, procréent, occupent l’espace. Bref, tout est mis en oeuvre pour ne pas perdre de terrain.

 

 

 

... la suite dans Causette #19 ...

Publié le 30 Novembre 2011
Auteur : Anaïs COIGNAC | Photo : Julien Pebrel / MYOP Diffusion pour Causette
2946 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette