Culture Publié le 05 Octobre 2011 par Silvi DE ALMEIDA

Ibrahim Maalouf L'homme à la trompette

blog post image

À seulement 30 ans, l’inclassable musicien libanais termine en finesse son introspection musicale avec son dernier album, Diagnostic. L’occasion de faire le point sur une vie en oscillation permanente entre jazz et pop, entre France et Liban.

Quand Ibrahim Maalouf s’élance dans le récit de sa vie dense, il prend toujours garde à ne pas s’éparpiller. Il sait toujours où il va, et il en revient toujours à la même chose : son père, le Liban et, surtout, la musique. Enfin, sa trompette ! Lorsqu’il en parle, ses doux yeux noirs dansent. Sa fameuse trompette à « quarts de ton » a en effet une histoire bien singulière. Elle a été inventée et créée pour lui par son père, le musicien Nassim Maalouf. Avant cela, aucune trompette classique n’était équipée de cette tonalité spécifique à l’exécution d’un morceau de musique arabe. Grâce à elle, Ibrahim peut donc jouer ce qu’il veut, où il veut... 

Revenons-en au père. Nassim Maalouf, dans les années 60, est un jeune homme frustré. Un beau jour, « il pète les plombs dans les montagnes libanaises » et s’enfuit à Paris pour y apprendre la musique. En autodidacte parfait, Nassim Maalouf rattrape vite le niveau des élèves du conservatoire et devient le disciple du grand maître d’alors de la trompette, Maurice André. C’est à ce moment-là qu’il crée cette trompette à quarts de ton, qui lui permet de jouer à la fois du Bach et des airs classiques arabes. Ibrahim, qui en joue aujourd’hui, est conscient de sa dette au père. « J’ai beaucoup de respect pour le chemin parcouru. C’est grâce à lui que je fais tout ce que je fais, que je suis épanoui et que je suis heureux. »

 

 

... la suite dans Causette #17 ...

Publié le 05 Octobre 2011
Auteur : Silvi DE ALMEIDA | Photo : Christophe MEIREIS
3125 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette