Culture Publié le 10 Juillet 2011 par Marie GALLIC & Johanna LUYSSEN

Dick Annegarn Le folk en quatre leçons

blog post image

On connaissait Dick Annegarn pour ses ritournelles à la poétique simplicité, Bruxelles ou Sacrégéranium, qu’il chante de sa belle voix tendre et rocailleuse depuis trente-sept ans ; on leconnaissait moins en fan de folk. Pourtant, le chanteur hollandais a forgé sa culture musicaledans cette musique populaire qui vit toujours « dans les gares ou les bus » d’Amérique. DansFolk Talk, son vingtième album, Dick reprend les standards les plus célèbres du genre, The House of the Rising Sun ou Love me tender. C'est donc en expert qu'il nous cause folk, blues, guitares et chansons populaires. Avec la verve qui sied à son caractère : car le bonhomme a la saillie facile et le verbe passionné.

Leçon n° 1 - La guitare ne fait pas le « folkeux »

 

Dick a le folk dans le sang, alors gare aux pâles copies ! « Aujourd’hui, dès qu’on voit une guitare acoustique, on parle de folk. Même le terme folklore, ça fait tout de suite petite robe à fleurs. Yael Naim, par exemple, c’est pas du folk ! Elle joue avec une GUITARE folk, mais elle fait de la pop song. » Dick a beau chercher, il a du mal à envisager une scène folk actuelle.

« Tout ce que j’entends aujourd’hui est oubliable. Enfin, je l’oublie, plutôt. Alors que les vraies chansons folk restent, c’est leur génie. »

 

 

 

...la suite dans Causette #15...

Publié le 10 Juillet 2011
Auteur : Marie GALLIC & Johanna LUYSSEN | Photo : Guillaume RIVIÈRE pour Causette
3178 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette